RMC Sport

Dugarry: "Ce que fait Bordeaux est assez exceptionnel"

Christophe Dugarry

Christophe Dugarry - DR

Alors que Bordeaux marche sur l’eau depuis un mois et demi, Christophe Dugarry a tenu à saluer la solidarité des Girondins et le travail de leur coach, Jocelyn Gourvennec. Le membre de la Dream Team reste toutefois prudent à l’heure où Jérémy Toulalan & co abordent un sprint final qui s’annonce ardu.

C’est vrai, le PSG a pas mal marché ces dernières semaines avec de jolis succès contre le Barça (4-0) et l’OM (1-5), notamment. Mais plus discrètement, Bordeaux a également tracé son sillon, en Coupe de France où le club s’est hissé en quarts ce mardi au détriment de Lorient (2-1) mais surtout en Ligue 1.

A lire aussi >> Coupe de France : en feu, Laborde envoie Bordeaux en quarts de finale

Un bond de cinq places

Dixièmes au soir de la vingtième journée (14 janvier) après une série de trois défaites et trois nuls, les Girondins pointent un mois et demi plus tard à la cinquième place, grâce à cinq victoires et un nul en sept rencontres de Ligue 1.

« C'est exceptionnel »

« J’ai un peu de mal à imaginer les Bordelais dans le Top 4 (quatre points de moins que l’OL qui a un match en retard) mais ce qu’ils font est assez exceptionnel », juge Christophe Dugarry.

A écouter ici >> Tous les podcasts de Team Duga

« Il y a de la solidarité »

« C’est aussi dû à un concours de circonstances, poursuit le membre de la Dream Team RMC Sport. Jérémy Ménez a été blessé, François Kamano éclot enfin et marche sur l’eau, Milan Gajic était au placard et il marche très fort, Valentin Vada joue plus régulièrement et est parfait. L’équipe a pris confiance, il y a de la solidarité. Il y a aussi un peu de réussite. »

A lire aussi >> Un an de Dupraz à Toulouse : les dix moments qui nous ont marqués

« Gourvennec fait un excellent travail »

Dugarry tient également à saluer le travail du coach des Girondins, Jocelyn Gourvennec : « C’est un entraîneur qui fait un excellent travail. Il ne se cache pas, il prend ses responsabilités. »

« Ne pas s’enflammer ! »

L’ancien joueur de Bordeaux (1999-2002) préfère toutefois éviter tout emballement. Notamment au regard d’un programme démentiel ces trois prochains mois : « Ça peut être une bonne surprise mais c’est maintenant que les choses vont devenir difficiles. La difficulté va être de ne pas s’enflammer. Il y a des matchs très compliqués d’ici à la fin de saison. Bordeaux recevra Lyon (3 mars), ira à Monaco (11 mars), se déplacera à Nice (2 avril), à Nantes (15 avril), à Saint-Etienne (6 mai) et accueillera l’OM (14 mai). Bordeaux peut aussi finir neuvième. »

A lire aussi >> Nantes : Amine Harit écarté pour une sortie en boite de nuit

JBi