RMC Sport

EN DIRECT PSG: "On n'a jamais pensé à remplacer Tuchel" assure Leonardo

Leonardo

Leonardo - ICON SPORT

Le directeur sportif du PSG profite de la trêve internationale pour répondre en direct aux questions des supporters. Et entre Tuchel, Mbappé, Neymar, le calendrier, le mercato... les sujets sont nombreux.

[12h32]

C'est la fin de ce live qui était très dense! Leonardo a parlé d'a peu près tous les sujets dans son style mitraillette. Les négociations de prolongations sont en cours mais pas forcément très avancées pour les stars du PSG (Mbappé, Neymar...) La situation économique est compliquée, mais le PSG est peut-être mieux armé que les autres. Et enfin Tuchel n'est pas en danger, mais on ne parle pas de prolongation, loin de là.

[12h29]

Sur son futur

"Parfois, je vois qu'on se demande si je vais partir du club. Mais je suis tellement focalisé sur ce que je fais là, mais je n'imagine même pas. Moi, je ne suis pas trop diplomatique par rapport à moi. mais j'ai un lien émotionnel. J'ai été là deux ans, j'ai été sanctionné, j'ai été suspendu 15 mois... Après, si je suis viré, je suis viré, mais moi, je suis là pour réussir quelque chose de très important. Je vois le même sentiment chez Nasser. Il y a besoin de ce côté d'émotion. on a besoin de s'engager sur un niveau émotionnel. C'est à nous de faire, démontrer e qu'on veut faire."

[12h26]

"Paris n'a pas toujours été la ville de foot. C'était Marseille. Il y a encore beaucoup de choses à faire pour faire de Paris la ville du foot. Le fait que c'est Paris... Une ville comme ça, ça te donne une responsabilité encore plus importante. Mais tout est positif, tout est là."

[12h23]

Comment améliorer la section féminine pour concurrencer Lyon

"C'est la meilleure équipe du monde. On doit faire un choix d'investissement. Si on est champion de France, on est pratiquement champion d'Europe. 

[12h22]

"On est le meilleur centre de formation de France, on a été élus deux ans de suite."

[12h21]

Leonardo reparle de s'appuyer sur les jeunes joueurs. "Le club a la capacité de produire des jeunes joueurs. Après, la difficulté, c'est comment les intégrer à l'équipe première."

[12h17]

Le coup de gueule sur le calendrier

"On joue vendredi à Monaco!!!! Alors que toute notre équipe est en sélection et va jouer mercredi avec l'équipe nationale."

[12h15]

Sur Thiago Motta qui se verrait bien entraîner au PSG et la prolongation de Tuchel

"C'est normal qu'il a envie de venir. j'ai vu l'interview (sur RMC Sport) C'est un rôle qui fait envie. C'est normal que tout le monde pense à ça, mais il n'y a rien aujourd'hui sur le futur. on nous demande pourquoi on ne resigne pas (Tuchel). On a le temps, c'est pas encore le moment de faire des bilans. la situation est compliqué. l'avion a décollé, on est là et on va voir où on va. On est là pour créer le moins de problèmes possibles et travailler. les 40 jours au retour de la trêve vont être très importants."

[12h13]

Sur les critiques

"C'est normal! On peut se tromper. Moi, j'ai pas de problème avec les erreurs. Après, le mercato qu'on vit en dehors, il est trop rigole, moi j'achète ça ou ça, mais dans la réalité, ça ne se passe pas comme ça. Parfois tu parles avec un joueur, et tu vois que ça va pas convenir, même s'il est très bon sur le terrain. En ce moment, le PSG cherche aussi à se positionner par rapport à une identité, un jeu. Comment on joue ou quel club on est. On a vécu un grand boom et maintenant on cherche à se stabiliser."

[12h11]

Un recrutement de Cristiano envisageable?

"Tout ce qui sort autour de noms comme ça... Mais dans combien de clubs un joueur de ce niveau peut jouer. 5 clubs? C'est un cercle fermé, le PSG est dans ce cercle et tout le monde parle du PSG... Mais c'est d'abord des opportunités, des moments... C'est normal qu'il y ait des choses extras comme ça. Aujourd'hui, il n'y a pas de folie. 

[12h08]

Quel projet pour les prochains mercatos?

"D'abord on doit calculer les pertes. Après on doit renouveler les joueurs qu'on a. Et ensuite on verra combien on peut investir. On a pas penser qu'on devrait faire toute une saison à huis clos. On ne peut pas parler de montant d'argent, mais c'est facile de calculer. L'année passé on a perdu entre 15 et 20% et cette année ca sera plus. Mais honnêtement, au PSG, il y a la capacité et les moyens de bien surpasser la crise. les autres clubs auront peut-être plus de difficulté à surpasser la crise. Mais l'ambition est toujours énorme. Et quand on voit ce qu'on a déjà fait...

[12h07]

Pourquoi acheter Icardi 50 millions alors qu'il ne rentre pas dans les plans de Tuchel?

"Je crois que ça ne s'est pas passé comme ça. On a eu l'occasion de l'avoir en prêt. Ensuite tout le monde était d'accord. Ensuite on a réussi à faire baisser le prix. Après, s'il est blessé ou pas en forme, ca arrive, mais peut-être que dans 5 ans, il sera important pour le club, et je crois qu'il a déjà été important pour le club la saison dernière."

[12h05]

"Moi, je veux créer une organisation qui peut créer des émotions. Il y a des clubs qui réussissent, parfois dans un cycle. C'est quelque chose qui marque. Comment faire? c'est difficile."

[12h02]

Sur le rôle de directeur sportif

"Qui est le directeur sportif du Real ou de United, il n'y en a pas. Le club ne fonctionne pas que à travers le directeur sportif. Je suis dans une institutions, je fais partie d'une machine. On dit que le directeur sportif ne fait que le mercato, mais non, je fais beaucoup d'autres choses. Ca fait dix ans que je connais Nasser. On a une relation forte. Ensuite, ce qui est important c'est d'avoir une machine qui transmet des choses positives. 

[11h59]

Sur Thiago Silva et Cavani

"A un moment, on doit dire 'qu'est-ce qu'on fait". on a parlé clairement avec eux. en plus Thiago Silva, je le voulais au Milan AC en 2009. Après j'étais son coach lors de sa première année en Europe. Il est devenu un grand joueur. Après je viens au PSG et il vient aussi en tant que meilleur défenseur au monde. C'était un moment où on ne pouvait pas donner exactement ce qu'il voulait. C'était un problème financier et de génération. C'était le moment de Marquinhos et Kimpembe. C'était des décisions difficiles. Après on peut se tromper." 

[11h58]

"Putain, comment tu fais!" Le cri du coeur de Leonardo sur le calendrier. "On va essayer de vivre avec mais c'est incroyable. C'était à la Fifa de dire on arrête avec la Nations League..."

[11h55]

Sur les fédérations brésiliennes et françaises qui sélectionnent des joueurs blessés

"Une convocation, si elle est officielle, le club ne peut rien dire, même si le joueur est blessé. Il y a eu des moment de choc et des moment où on cherche avoir quelque chose de logique, de bon sens. Avec le Brésil et la France, c'était clair: ils sont blessés,ils ont un planning, du temps à respecter. Et ils suivent un programme comme s'ils étaient là. Il ne vont pas jouer le premier match des équipes nationales, peut-être le deuxième. C'est la seule chose qu'on pouvait faire. Les fédérations nous ont assuré qu'elles ne prendraient pas de risque avec la santé de notre joueur. Après, le calendrier est infernal." 

[11h52]

Sur Mbappé annoncé au Real

"Il y a beaucoup de communication. Et dans les équipes espagnoles, il y a beaucoup de politiques, d'effet d'annonce. Nous, on parle directement avec Kylian, c'est ça la vérité de la négo. La vérité, c'est que le PSG est dans un moment compliqué, mais ce sera l'équipe des cinq prochaines années qui sera dans le coup. il y a des équipes qui ont fait un cycle très important et qui commencent à avoir du mal. On a des joueurs jeunes mais très expérimentés. On a Neymar, Mbappé qui sont dans le top 3 parce que Ronaldo et Messi vont sortir avec l'âge. C'est l'idée. Je vois un futur... et c'est à ça qu'on travaille. On sait que cette saison est bizarre. On savait que ce sera difficile, qu'on va faire tous nos matchs à huis clos et qu'on aurait pas les mêmes revenus. 

[11h51]

Sur Neymar

"On commence à parler. Il y a le timing... Aujourd'hui, les gens ne peuvent même pas se déplacer. L'idée de renouveler existe. On démarre... On arrive à un moment d'avoir des idées plus claires par rapport à ça." 

[11h50]

Pas d'option d'achat pour Moïse Kean. "Je suis très content, il est très bon. Son impact a été très positif."

[11h49]

Sur la Ligue des champions, "tout est ouvert". La qualification est toujours l'objectif.

[11h45]

Sur ses relations avec Tuchel

"Oui, on doit soutenir le coach et aussi dire les choses. Avec Tuchel, on a eu une discussion et on a dit qu'on avait pas aimé la sortie médiatique. On a parlé et maintenant la discussion est claire pour tout le monde. Après il y a des discussions normales, on discute tout le temps par rapport à qui joue... De temps en temps elle est un peu plus chaude, On a jamais pensé de changer Tuchel, on a jamais appelé personne. Après, il y a des gens qui parlent, beaucoup de personne veulent venir, mais le club n'a jamais mis sur la table un autre entraîneur pour remplacer Tuchel. Là c'est le moment de se concentrer sur l'objectif. on a pleins de petits problèmes et là c'est le moment de concentrer tout le monde sur ça." 

[11h42]

Sur le recrutement de Danilo

"C'est clair que Marquinhos est un défenseur central et Danilo un milieu défensif, tout le même le sait, Tuchel aussi. Après, il ya des choix. NGotty, Fabinho Mascherano ont joué aux deux positions. Nous, on avait l'idée de prendre un milieu défensif. Marquinhos, depuis qu'il est arrivé en 2013, c'est le nouveau Thiago Silva. C'était l'idée qu'il soit le successeur. Après si le coach choisi une chose ou l'autre... Nous, on a plus choisi le rôle que les joueurs, parce que c'était un mercato d'opportunité. Là, sur le mercato, les joueurs de grande valeur, soit ils n'ont pas bougé, soit le prix a beaucoup baissé. 

[11h40]

Pourquoi un mercato trois jours avant la fin?

"Pour moi ce serait mieux de faire trois mois à l'avance. Mais trois mois à l'avance, on était confinés, on avait des problèmes d'organisation, financiers... Je ne suis pas là pour pleurer, mais cette année, c'était exceptionnel. On ne pouvait faire qu'un mercato d'opportunité. Et les opportunités, elles n'arrivent que vers la fin. les joueurs qui sont arrivés, on voit qu'ils jouent, et même plus à cause des blessures. On avait des profils définis, un milieu défensif, un attaquant... Et même Rafinha est arrivé en plus. 

[11h37]

Sur l'exode des jeunes du centre de formation

Leo pointe un premier problème, celui de la réglementation. Et un problème culturel sur les joueurs français qui sont prêts à partir très tôt. Leonardo demande un réglement unifié pour tous les pays. "Je pense aussi que note nouveau centre d'entraînement va nous permettre de mettre en place la vraie "fabrique" soit des joueurs, soit des matchs." 

[11h35]

Des discussions sur les prolongations ?

Oui, on a engagé des discussions. On doit s'adapter à la réalité économiques, mais toutes les prolongations auxquelles on pense, Di Maria, Neymar, Mbappé, même Bernat ou Draxler, on a commencé à discuter et on va intensifier dans les prochaines semaines

[11h33]

Sur les nombreuses blessures

"Oui, tous les clubs sont concernés, comme Ansu Fati à Barcelone ou Kimmich au Bayern. Ca touche aussi des joueurs jeunes. la France a connu encore plus la situation: on a vécu 4 mois sans compétition. Ca n'arrive jamais. Après on a repris dans des conditions compliquées. Des finales, le Finale 8 et tout de suite on a repris la Ligue 1 et en même temps, il y a des sélections. On voit que les joueurs qui sont arrivés, qui ont fait d'autres préparations (Danilo, Rafinha, Kean) ne sont pas blessés. 

[11h32]

Leonardo commence en racontant ses souvenirs de joueur sur le terrain du Parc des princes. C'est l'anniversaire des 47 ans du premier match du PSG sur le terrain du Parc des princes. "Je veux des questions difficiles aussi", réclame Leo.

[11h28]

Et voilà, Leonardo est là, sur la pelouse du Parc des princes.

[11h13]

C'est un procédé pour le moins inhabituel: dans des clubs comme le PSG où la parole est rare et où les passages médiatiques se résument souvent aux rendez-vous obligés avant les matchs, cette fois, Leonardo prend les devants et va de lui-même répondre aux questions posées par les supporters via les réseaux sociaux. Et vu l'actualité chargée du club, les sujets ne manquent pas, entre un Mbappé et Neymar qui partent tous deux blessés en sélection contre la volonté du club, un mercato à l'économie, des tensions entre Tuchel et Leonardo... A suivre en direct commenté à partir de 11h30.

dossier :

Neymar