RMC Sport

Fair-play financier: l’OM dénonce "une application trop stricte" des règles par l'UEFA

Jacques-Henri Eyraud

Jacques-Henri Eyraud - @AFP

L’OM a dénoncé dans un communiqué la sévérité des règles imposées par l’UEFA dans le cadre du fair-play financier. Le club reconnaît également avoir signé un accord de règlement avec l’instance de contrôle financier des clubs (ICFC).

Comme le révélait L’Equipe un peu plus tôt dans la journée ce mercredi, l’OM a été soumis à un accord de règlement de la part de l’UEFA. Le club marseillais a publié un communiqué offensif pour officialiser la nouvelle, un an après avoir été frappé d’une pénalité de 100.000 euros, déjà dans le cadre du fair-play financier. L’OM était resté depuis dans le radar de la confédération européenne et négociait depuis le début de l’année un accord avec l’instance de contrôle financier (ICFC) des clubs de l’UEFA.

Si Jacques-Henri Eyraud promettait de "transformer ces contraintes en opportunités" le mois dernier, cette fois le ton a changé. "Notre situation financière est aujourd’hui plus saine, note l’OM en guise de préambule, dans un communiqué. Nous entendons poursuivre sur cette voie car des états financiers équilibrés constituent, avec nos ambitions sportives, l'un des piliers essentiels de notre projet."

"Le club était exsangue"

Pensé pour endiguer le phénomène d’endettement croissant des grands clubs européens, le fair-play financier s’est intéressé de près à la situation de l’Olympique de Marseille dont le déficit s’est élevé à 78,5 millions d’euros la saison passée, franchissant allègrement le seuil autorisé des 8 millions d’euros de déficit. Vertigineux. Comment pouvait-il en être autrement?

"Lorsque nous sommes arrivés, le club était exsangue et il y avait besoin d'investissements importants pour le ramener sur de bons rails, poursuit l’OM. C'est ce que nous avons fait grâce aux ressources financières propres et aux investissements de Frank McCourt", rappelle l’OM à propos de son projet, lequel a toujours nécessité le déploiement de "moyens importants".

Trouver le bon équilibre

Conscient du caractère préoccupant de la situation, d’autant qu’il sera privé de la manne financière de la Coupe d’Europe à laquelle il ne participera pas, la saison prochaine, l’OM suggère que l’UEFA s’adapte. "Nous notons toutefois qu’une application trop stricte des règles du fair-play financier, notamment dans le cadre d’un changement de propriétaire, risque de ne favoriser que les clubs aux ressources financières illimitées." Contraint dans une moindre mesure par les restrictions du fair-play financier, le PSG n’est pas cité, le parallèle étant seulement sous-entendu. Mais il est visé.

"Mettre sur le même plan les efforts de recapitalisation, vitaux pour un club, et les dépenses excessives pourrait avoir un effet dissuasif sur les investisseurs individuels qui peuvent pourtant contribuer à la croissance de la Ligue 1 et améliorer la compétitivité et la durabilité du football européen dans son ensemble, prévient l’OM. L'UEFA doit prendre en compte cet aspect et trouver le bon équilibre lorsqu’elle est amenée à prononcer des jugements en matière de fair-play financier."

RMC Sport