RMC Sport

Incidents Angers-OM: comment la situation a dégénéré selon des supporters angevins

Vingt-quatre heures après les incidents qui ont pollué la fin de match entre Angers et Marseille, des supporters du SCO reviennent sur ce qu'il s'est passé dans les virages du stade Raymond-Kopa.

Les langues se délient. Au lendemain des incidents d'Angers-Marseille, les supporters angevins se sont exprimés sur le déroulé de la soirée au stade Raymond-Kopa. "Nous avons assisté à la fin du match, les joueurs rentraient aux vestiaires, et la tribune du kop angevin se vidait légèrement, les Marseillais étaient dans leur parcage et nous avons entendu une forte déflagration venant du parcage Marseillais, puis des appels du speaker pour essayer de calmer les choses. La déflagration venait du parcage marseillais, bien sûr nous n’avons pas vu qui a lancé la bombe mais, j’imagine mal les Marseillais faire exploser eux même une bombe dans leur parcage" a expliqué un supporter angevin à RMC Sport.

>> Ligue 1: les infos après les incidents

Des versions divergentes

Selon des fans du Sco, les provocations ont débuté bien avant le coup de sifflet final. "Pendant tout le match quelques supporters marseillais grimpaient sur le haut du grillage et lançaient des projectiles dans notre direction, comme des gobelets, assure un autre supporter angevin. Ensuite, il y a eu une explosion dans le parcage visiteurs. Quelques supporters angevins pensent que ce sont les Marseillais qui ont essayé de lancer une bombe agricole. Mais comme certains d'entre eux étaient ivres, ils n'ont pas réussi à passer le grillage et donc la bombe serait tombée chez eux. Cela a ensuite provoqué des débordements car les autres marseillais croyaient que ça venait de chez nous."

Une fois la rencontre terminée, des supporters marseillais sont descendus de leur parcage pour en venir aux mains avec leurs homologues d'Angers. Sentant les conditions de sécurité défaillantes, le club phocéen avait alerté de ce risque avant la rencontre. La police ayant saisi les images, le Sco a prévenu qu’il portera plainte si des identifications sont réalisées.

AS