RMC Sport

Les cinq chantiers de Thierry Henry pour relancer Monaco

Pas encore présenté à la presse, le nouvel entraîneur de l’AS Monaco, Thierry Henry, anime ce lundi sa première séance d’entraînement sur le Rocher. Le début d’une nouvelle ère pour l’ancien joueur monégasque. Voici les principaux chantiers qui attendent Thierry Henry pour relancer le club de la Principauté, à la traîne cette saison.

Thierry Henry va avoir fort à faire. Dix-huitième de Ligue 1 avec 6 points après neuf journées de championnat, l’AS Monaco, qu’il entraîne désormais, est bien loin de sa place de dauphin du PSG acquise lors du précédent exercice. Les joueurs monégasques n’ont remporté qu’un seul de leur match, toutes compétitions confondues, depuis le début de la saison. Un constat inquiétant que va devoir changer Thierry Henry.

  • Retrouver une stabilité défensive

Kamil Glik, Djibril Sidibé et Jemerson. Ils se connaissent pourtant depuis trois saisons. Ils étaient les tauliers de la défense monégasque l’année du sacre de l’ASM (2016-2017). Pourtant rien ne va plus. Vingt-deux buts encaissés depuis le début de la saison, soit plus de deux buts par match, la stat n’est pas reluisante. La faute, notamment, à une charnière centrale Glik-Jemerson qui n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Les deux joueurs ne manquent pourtant pas de rythme: le Polonais a joué tous les matches de Monaco cette saison (soit 12 rencontres), quand le Brésilien n’en a manqué que deux. Mais Glik, blessé lors d’un tennis-ballon juste avant le début de la Coupe du monde en juin dernier, est sans doute revenu trop tôt sur les terrains. Les deux joueurs sont en difficulté mais une sérieuse concurrence, qui pourrait redonner de l’élan à cette défense, ne pointe pas le bout de son nez...

Devant eux, Fabinho et Moutinho (transférés tous deux cet été) ne sont plus là pour stopper les attaquants adverses. Désormais, place à la jeunesse et donc peut-être au manque d’expérience. Youri Tielemans (21 ans), Jean-Eudes Aholou (24 ans), Kevin N’Doram (22 ans), Youssef Aït-Benasser (22 ans): Thierry Henry va devoir donner confiance à ces jeunes milieux de terrain. Et réinstaller un équilibre défensif.

  • Continuer à faire émerger les jeunes

On vient de le dire, les jeunes ont pris la possession du milieu de terrain. Mais pas que. Cette année, l’ASM a axé son mercato estival sur la jeunesse: Grandsir (22 ans), Geubbels (17 ans), Diop (18 ans), Panzo (17 ans), Pierre-Gabriel (20 ans), Barreca (23 ans), Golovin (22 ans), Aholou (24 ans) sont arrivés sur le Rocher. De quoi rappeler à Thierry Henry ses propres débuts. Arrivé à 16 ans au club, il y fait ses premiers pas professionnels à 17 ans. Fort de cette expérience, il continuera sans doute à faire émerger les jeunes pousses de l’ASM. Diop, Aholou et Barreca ont d’ailleurs déjà joué plusieurs centaines de minutes en Ligue 1 cette saison.

  • Relancer les cadres

Il aura fallu attendre le 3 octobre pour que Danijel Subasic joue ses premières minutes, face au Borussia Dortmund en Ligue des Champions. La faute à une blessure aux ischio-jambiers qui a retardé son début de saison, mais aussi à certaines tensions avec son club, quant à sa prolongation de contrat. Le gardien finaliste de la Coupe du monde en juillet dernier a finalement réintégrer le groupe début octobre et Thierry Henry pourra compter sur lui. Ce dernier devra aussi relancer et redonner confiance à Jemerson, coupable d'erreurs défensives et synonymes de plusieurs buts adverses depuis le début de saison.

Véritable star de l’équipe monégasque version 2016-2017, Radamel Falcao ne réalise pas un début de saison aussi tonitruant que les précédents. Auteur de quatre buts, il ne truste plus les premières places du classement des meilleurs buteurs et est désormais moins influent dans le jeu monégasque. Autre cadre, Sidibé, champion du monde avec les Bleus cette année, n’est pas au mieux de sa forme non plus. Dans les colonnes du journal L’Equipe, le président de l’ASM Vadim Vasilyev rappelle, quant à un potentiel transfert cet hiver: "Je suis ouvert. Mais qu’il revienne déjà à son niveau et on pourra parler. Ça ne sert à rien de discuter. Sa blessure nous a fait du mal, à lui et au club."

  • Recréer un élan populaire

La nouvelle était très attendue. La nomination de Thierry Henry au poste d’entraîneur numéro 1 de l’ASM a eu lieu samedi 13 octobre. Immédiatement, les messages de satisfaction se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Un beau coup pour Monaco, qui a joué la carte de la nostalgie en publiant une vignette Panini de Thierry Henry alors qu’il était jeune joueur monégasque.

Cette nomination est l’occasion de créer une émulation populaire autour du club, son entraîneur étant l’un des footballeurs "chouchous" des Français. Le champion du monde 1998 rentre ainsi "à la maison". Avec une moyenne de 8.800 spectateurs par match à domicile et une dernière place au classement de l’affluence par club, Monaco cherche toujours à attirer des supporters. "Titi" Henry, avec son aura et son style de jeu, est peut-être la clé du succès pour susciter plus d’intérêt pour les matches de Monaco.

  • Installer les Belges Chadli et Tielemans comme des joueurs majeurs

Deuxième adjoint du sélectionneur belge Roberto Martínez depuis 2016, c’est donc du côté du Plat Pays que Thierry Henry a fait ses classes en tant qu'entraineur. C’est aussi là qu’il a côtoyé Nacer Chadli et Youri Tielemans, internationaux belges et joueurs de Monaco. Deux joueurs qu’il connaît depuis deux ans, avec qui il a été glané la médaille de bronze lors du dernier Mondial et qu’il sait donc exploiter.

Une bonne connaissance de leur style de jeu qui permettra sans doute à l’ancien joueur d’Arsenal d’en faire deux pièces majeures de son équipe sur lesquelles il pourra s'appuyer, même s'ils n’ont pas vraiment brillé depuis le début de la saison. A Thierry Henry de relever tout leur potentiel. L'ancien coach Leonardo Jardim n’a jamais vraiment su comment faire jouer Tielemans. Thierry Henry représente donc peut-être la dernière chance du jeune Belge.

JM