RMC Sport

Les tops et flops de Lille-OM: le spectacle s'envole, Pelé aussi

Au terme d'un match peu engagé et engageant, malgré un léger mieux en seconde période, Lille et l’OM se sont neutralisés en ouverture de la 30e journée de Ligue 1 (0-0). La faute autant au manque d’inspiration offensive des deux équipes, qu’à leur rigueur défensive, symbolisée côté marseillais par une parade décisive et spectaculaire de Yohann Pelé.

TOPS

De Préville a eu le mérite d’essayer

Quand il est là, le LOSC est tout de suite plus dangereux. S’il s’est moins illustré dans la surface de vérité, Nicolas De Préville a fait comme à son habitude : il n’a pas rechigné à aller au mastic et à répéter les efforts sur le front de l’attaque. Lui avait envie de prendre les trois points et cela s’est vu. Certes, il manque de justesse au quart d’heure de jeu sur sa seule et unique cartouche de la soirée (14e). Mais ce sont de ses crampons qu’a jailli le centre pour Eder, qui aurait pu être décisif sans un grand Pelé (84e).

A lire aussi: le film du match

Pelé, la parade qui tombe à pic

Dans un match qu’il n’a jamais vraiment pris par le bon bout pour l’emporter mais qu’il ne souhaitait pas perdre (vous avez saisi l’idée ?), l’OM a bien failli se faire cueillir en fin de match sur une tête à bout portant d’Eder dans la surface (84e), à la suite d'un service distillé par De Préville. Mais heureusement pour le camp phocéen, Yohann Pelé veillait au grain et plutôt bien. "L’Albatros" a parfaitement déployé ses ailes pour repousser le ballon sur sa barre transversale et éviter une déconvenue à son équipe. Si l’OM a pu signer un troisième match de Ligue 1 consécutif sans défaite, c’est en grande partie grâce à sa parade.

Rolando, un match presque sans déchet

On le sait, Eder n’est pas un grand tacticien. Mais la tâche du Portugais n’a pas été aidée par Rolando. Le capitaine de l’OM a donné le ton en défense, bien épaulé par un Grégory Sertic tout aussi concerné et concentré sur le terrain. Seulement 9 petites pertes de balle pour l’Olympien le plus recherché sur le terrain (67 ballons touchés, 92% de passes réussies) qui aurait pu être le grand bonhomme de la soirée s’il n’avait pas été trop court sur un coup franc de Payet (79e).

FLOPS

A lire aussi- IAM : "Rien n'empêche d'aller voir jouer l'OM avec le survêtement d'un autre club"

Il est ou le spectacle, il est où ?

A vrai dire, plusieurs minutes après le coup de sifflet final, on le cherche encore. On ne s’est clairement pas régalé ce vendredi soir, la faute à la faible intensité et à la qualité technique très quelconque affichées entre Lillois et Marseillais sur la pelouse du stade Pierre-Mauroy. Si la seconde période a été plus animée que la première, cela n’a pas été suffisant pour nous offrir un petit but au terme des 90 minutes. Rien d’étonnant à cela quand on voit le manque de percussion et d’idées des deux attaques présentes ce vendredi soir. Mais surtout face à la discipline tactique des deux équipes, qui ont opposé deux blocs très bas.

Payet, Cabella, Thauvin, c’était pas leur soir

De ce trio dépendait en grande (pour ne pas dire majeure) partie le scénario de la soirée pour les Marseillais en terre lilloise. Et comme il ne s’est jamais véritablement montré inspiré, l’OM n’a eu que très peu d’opportunités de faire mal à la défense nordiste. Si Rémy Cabella s’est le plus illustré (2 tirs cadrés), il a été le moins influent dans le jeu (44% de passes réussies) rappelant au passage et sous les yeux de Bafétimbi Gomis qu’il n’était pas un avant-centre. En parlant d’influence, celles de Dimitri Payet (averti, 87e) et de Florian Thauvin, retenus par Didier Deschamps pour les matchs face au Luxembourg et à l’Espagne, étaient moindres. 

On n’a pas compris le coaching de Garcia

Dans son ensemble, du moins. On a vu le coach olympien sortir Lopez pour Zambo Anguissa (56e), puis en fin de match, Sanson pour Doria (81e). Entre temps, on avait plutôt bien compris le remplacement de Cabella par Njie (59e), auteur d’une frappe vicieuse dans le money time (90e+2). Mais pas forcément les deux autres. Certes, le plan marseillais était simple : ne pas prendre de buts et éventuellement placer victorieusement un contre. OK pour la première partie, moins pour la deuxième en fin de match où on a même vu Doria en position… d’avant-centre ! L’OM pouvait peut-être miser un peu plus chez le 14e de Ligue 1…