RMC Sport

Ligue 1: la belle opération de Lorient et Nantes pour le maintien

La belle victoire du FC Lorient face à Angers (2-0) permet aux Merlus de creuser l’écart avec la zone rouge, alors qu'avec son carton à Brest (4-1), Nantes prend ses distances avec la 19e place, occupée par Nîmes, tenu en échec par Reims (2-2).

Lorient y est presque

En ballotage favorable dans la lutte pour le maintien, Lorient s’est imposé (2-0) contre Angers, et engrange un nouveau succès qui lui permet de se rapprocher un peu plus de son objectif de 40 points. Les Merlus possèdent désormais quatre points d’avance sur la place de barragiste occupée par Nantes et six unités sur Nîmes, 19e et premier relégable. Le SCO d’Angers poursuit sa mauvaise série avec un quatrième revers de rang pour les hommes de Stéphane Moulin, cloués en milieu de tableau, à la 12e place.

Les deux équipes ont été réduites à dix dans cette rencontre, Angers la première, suite à une faute grossière de Coulibaly sur Abergel (15e). Très tôt sous pression en infériorité numérique, puis privé de son capitaine Traoré, sorti sur blessure (24e), Angers n’a pas été pris à défaut tout de suite, malgré de très grosses occasions concédées, dont une de Chalobah (18e). Les hommes de Christophe Pélissier auraient pu nourrir de sérieux regrets mais Wissa a finalement surgi sur penalty juste avant la pause (44e) pour donner l’avantage à son équipe.

Les Angevins ont ensuite craqué au retour des vestiaires sur un but de Lemoine (48e), venu récompenser une seconde période entamée tambour battant par les Lorientais. L’exclusion de Laporte pour un second jaune (50e) aurait pu rebattre les cartes dans la foulée, mais plus aucun but ne sera inscrit dans cette partie, et Lorient est désormais bien parti pour se maintenir dans l’élite la saison prochaine. Les Merlus iront à Lyon avant de recevoir Metz puis de se déplacer enfin à Strasbourg dans le cadre de la 38e et dernière journée.

Nantes continue d'y croire

Le FC Nantes est loin d’être sauvé. La situation est toujours très urgente pour les Canaris, 18es et barragistes, Lorient l’ayant emporté à domicile, mais le club a enchaîné un second succès d’affilée (4-1) en Ligue 1, ce qui ne lui est pas arrivé si souvent cette saison. Et cela intervient au meilleur des moments. Bien plus agressifs que des Brestois qui avaient pourtant l’occasion d’assurer leur maintien en Ligue 1 à l’issue de cette journée, les joueurs d’Antoine Kombouaré ont facilement disposé des Bretons.

Récompensés de leurs efforts, les Canaris rentraient aux vestiaires avec deux buts d’avance contre une équipe qui n’aura cadré aucun tir en première période. Giflés à l’aller (3-1), les Brestois ont encaissé deux buts supplémentaires. Servi par Moses Simon, auteur de l’ouverture du score (15e), Imran Louza y est allé de sa propre réalisation (56e), laissant ensuite le soin à Kalifa Coulibaly, relancé par son entraîneur en cette fin de saison, d’accroître l’avance du FC Nantes en fin de match, sur penalty (62e).

Nîmes gâche tout

Toujours relégable à trois journées de la fin du championnat, Nîmes a concédé un nouveau nul (2-2) qui n’arrange pas sa situation, et ne devrait pas lui permettre de dégager davantage de sérénité dans la dernière ligne droite. A l’arrêt depuis la fin du mois de février, avec un seul succès lors de leurs huit derniers matches avant ce week-end, les Crocos avaient l’obligation de l’emporter pour revenir à hauteur de Nantes, et ainsi se donner toutes les chances de ne pas accompagner Dijon en Ligue 2.

Malgré une entame de match tonitruante et deux occasions franches de Zinedine Ferhat, les Nîmois sont retombés dans leurs travers. Sanctionnés par une frappe rasante de Nathanaël Mbuku à la 30e minute, les Gardois ont pourtant amorcé leur rebond dans le sillage du couteau suisse Renaud Ripart (47e), auteur de son 10e but de la saison. Les Nîmois ont cru tenir ce précieux succès, capital, après le but de Koné (72e), consécutif à une double parade de Reynet, qui maintenait les siens dans le match.

Malheureusement pour les Gardois, le gardien se faisait surprendre sur un tir sans contrôle de Flips (81e). Reims, qui gagne peu mais ne perd pas (7 nuls, 2 victoires, 1 défaite lors de ses dix derniers matches en Ligue 1), tenait alors son match nul, le huitième de la saison pour Nîmes, sans doute celui de trop.

Metz corrige Dijon

Plus d’enjeu, et pas davantage de jeu. D’ores et déjà relégué en Ligue 2, Dijon recevait Metz avec comme seul enjeu de redorer le blason du club en gagnant un match. Raté. Metz s’est largement imposé (5-1) en déplacement, profitant de deux erreurs défensives et de l’expulsion de Celina pour se mettre à l’abri rapidement. Dijon a bien réduit le score au retour des vestiaires mais la lanterne rouge du championnat n’a pas espéré bien longtemps. Les hommes de Frédéric Antonetti ont inscrit trois buts supplémentaires dans les vingt dernières minutes.

Contrairement à Dijon, Metz est assuré de son maintien, mais comme Dijon, le club lorrain n’a plus rien de concret à jouer, si ce n’est de bien finir l’exercice 2020-2021. Longtemps dans la course à l’Europe, Metz a glissé vers la seconde moitié du classement. Ce premier succès depuis le 27 février dernier, et une victoire (2-1) sur la pelouse des Girondins de Bordeaux, devrait leur permettre de se relancer.

QM