RMC Sport

Ligue 1: gros soulagement pour Bordeaux, Rennes hors du Top 5

Sékou Mara a marqué l’unique but lors de la victoire de Bordeaux contre Rennes (1-0) ce dimanche lors de la 35e journée de Ligue 1. Le jeune attaquant permet aux Girondins de prendre provisoirement huit points d’avance sur la zone rouge et prive le club breton d’une belle opération comptable.

Déçu et même trahi par certains joueurs de son effectif, Jean-Louis Gasset avait choisi de faire confiance aux jeunes lors du duel entre Bordeaux et Rennes ce dimanche lors de la 35e journée de Ligue 1. Un pari gagnant pour l’entraîneur des Girondins lorsque Sékou Mara a inscrit le premier et seul but du match pour offrir la victoire aux locaux face à des visiteurs rapidement réduits à dix (1-0) et ainsi mettre fin à une série de cinq défaites consécutives en championnat.

"C'est magnifique! C'est comme ça que je veux voir mon équiper jouer, a savouré Mehdi Zerkane au micro de Canal + Sport. On a souffert les uns pour les autres. On gagne et cela nous donne du souffle. Cela va faire du bien. [...] On va essayer de gagner nos trois derniers matchs et on verra si on est maintenu ou pas."

>> Bordeaux-Rennes (1-0): revivez le match

Mara saisit sa chance

Le fils de la journaliste Audrey Crespo-Mara s’était jusque-là contenté de quatre bouts de match en championnat à peine une heure de temps de jeu effectif en L1. Pour sa première titularisation dans l’élite, la deuxième chez les pros, l’attaquant de 18 ans a connu une superbe après-midi sur son aile gauche.

Sa grosse activité a fait mal aux Rennais de Bruno Genesio. Après seulement huit minutes de jeu, Steven Nzonzi a raté un contrôle aérien et, bien qu’involontairement, a essuyé ses crampons sur la hanche de Sékou Mara. Si l’arbitre central n’a pas hésité à dégainer le rouge, l’expulsion du champion du monde 2018 peut paraître un peu sévère.

Qu’importe, l’équipe bordelaise et son jeune talent en ont immédiatement profité. Sur un ballon cafouillé par la défense bretonne, l’attaquant a trompé Edouard Mendy d’une belle frappe du gauche au ras du poteau (1-0, 11e). De quoi provoquer la joie des supporters massés à l’extérieur du Matmut Atlantique pour encourager les Girondins.

Sékou Mara a marqué son premier but en L1
Sékou Mara a marqué son premier but en L1 © Icon Sport

Appliqués et animés d’un bon état d’esprit, les Bordelais n’ont pas levé le pied et ont tenu bout malgré le sursaut de Rennes en fin de première période et notamment sur une frappe légèrement trop croisée de Benjamin Bourigeaud (1-0, 45e).

"On a vu les supporters en arrivant et puis on sait qu’ils sont avec nous, a lancé Yacine Adli dès la mi-temps. On sait qu’il y a du monde derrière nous. On veut faire plaisir à beaucoup de monde aujourd’hui."

Bordeaux vers le maintien, Rennes manque son coup

Malgré de belles intentions après la pause, Rennes n’a pas réussi se montrer véritablement dangereux en seconde période, hormis sur un poteau de Jérémy Doku (1-0, 49e) et un pressing plus haut dans les dernières minutes. Efficace à défaut d’être spectaculaire, Bordeaux a géré son avance et sécurisé une victoire capitale dans la course au maintien. En l’emportant contre le Stade Rennais, les Girondins augmentent leur avance sur la zone rouge et la place de barragiste détenue jusqu’ici par Nantes.

Avec huit longueurs de mieux que les Canaris, l’actuel quinzième du classement a presque assuré sa survie dans l’élite. En cas de défaite des hommes de Kombouaré à Brest ce dimanche, il suffira aux Marines et Blancs de prendre deux points en trois matchs pour se sauver.

En s’inclinant contre le club au scapulaire, Rennes a signé une très mauvaise opération en vue de la Ligue Europa. Après le nul de l’OM face à Strasbourg (1-1) et la défaite lensoise à Paris (2-1), les coéquipier d’Eduardo Camavinga pouvaient intégrer le top 5 du championnat.

En vain, les Bretons n’ont pas su tirer parti des échecs de leurs concurrents directs. Avec des rencontres à négocier contre le PSG et Monaco lors des deux prochaines journées de L1, le sprint final s’annonce des plus compliqués pour les Rennais. A Bordeaux, on respire beaucoup mieux.

JGL