RMC Sport

Ligue 1: Le Graët veut agir contre les interdictions de déplacement

Noël Le Graët, président de la FFF, a exprimé ce dimanche dans le JDD sa déception à propos des nombreuses interdictions de déplacement dont sont victimes les supporters de Ligue 1.

A la veille du choc entre la France et la Turquie (lundi, 20h45) lors des éliminatoires de l’Euro 2020, Noël Le Graët a balayé plusieurs dossiers chauds du football tricolore. Outre le match contre les Turcs où il espère empêcher tout débordement, le président de la FFF a évoqué la situation difficile des supporters de Ligue 1. Depuis plusieurs mois, de nombreux déplacements ont ainsi été interdits par les autorités pour des questions de sécurité. Cela n’a que trop duré pour le patron du foot français.

"Voir des tribunes à moitié vides, ça m’agace"

Déjà sujet à tension avec le gouvernement, et notamment Roxana Maracineanu, après ses propos sur l’homophobie dans les stades, Noël Le Graët risque encore de faire grincer quelques dents du côté du ministère de l’Intérieur. Selon lui, les pouvoirs publics ont choisi la solution de facilité en faisant le choix d’interdire de nombreux mouvements de supporters en Ligue 1. "Voir des tribunes à moitié vides, ça m’agace. Je comprends certaines interdictions mais tous les matches ne sont pas aussi risqués qu’indiqué. On va vers la facilité: punir, punir, punir."

Le Graët va rencontrer Castaner

Partisan d’un "compromis" entre l’Etat et les ultras, le dirigeant voudrait renouer le dialogue entre les deux parties. "Discuter avec eux (les ultras), c’est toujours sympathique. Mais 300 personnes en déplacement, c’est parfois plus compliqué, a encore estimé le Breton. S’il y a des bagarres, comment voulez-vous que le ministère de l’Intérieur n’ait pas raison?"

Noël Le Graët a également confirmé la tenue d’une rencontre avec Christophe Castaner d’ici une quinzaine de jours. L’occasion pour le président de la fédération et le ministre de l’Intérieur de mettre les choses au clair et de trouver une solution pour améliorer la situation des supporters français.

Jean-Guy Lebreton