RMC Sport

Ligue 1: le titre s'éloigne pour le PSG, tenu en échec par Rennes

Eliminé mardi de la Ligue des champions, le PSG a encore déçu ce dimanche, accroché par le Stade Rennais (1-1) en clôture de la 36e journée de Ligue 1. Paris accuse trois points de retard sur Lille, qui se rapproche du titre à deux journées de la fin de la saison.

Difficile de ne pas imaginer un large sourire se dessiner sur le visage de Christophe Galtier. Alors qu’il était dans l’obligation de gagner pour revenir à un point du leader lillois, le PSG a été tenu en échec par le Stade Rennais (1-1), ce dimanche, en clôture de la 36e journée de Ligue 1. Résultat : Lille trône sereinement en tête du classement avec trois points d'avance sur son dauphin parisien, à deux journées de la fin de la saison. Cinq jours après avoir pris la porte en Ligue des champions, Paris voit le titre s'éloigner. Les Bretons, eux, réalisent une bonne opération. Ils reviennent à une petite unité de la cinquième place occupée par l'OM, synonyme d'une place en Europe.

Un penalty polémique

Les Parisiens ont pourtant été les premiers à débloquer ce duel très attendu. Sur un penalty validé par le VAR, au bout du temps additionnel de la première période, et qui n’a sans doute pas fini de faire parler. Images à l’appui, l’arbitre Ruddy Buquet a estimé qu’il y avait faute de Nayef Aguerd sur Layvin Kurzawa, longtemps resté au sol après avoir été touché par le défenseur marocain au moment d’armer une volée du gauche, à la réception d’un centre d’Angel Di Maria. La semelle d’Aguerd a bien heurté le tibia de Kurzawa, le choc est réel, mais désigner le point de penalty sur cette action peut sembler sévère. "Sur l’action, pour moi, il défend. Il a le pied avant mais si on ne peut plus essayer de contrer l’attaquant qui va tirer, c’est compliqué de défendre. Il faut arrêter. Et si on va voir la vidéo à chaque fois, c’est sûr qu’il y aura un petit truc", a d'ailleurs pesté Damien Da Silva au micro de Canal+.

Neymar, lui, ne s’est pas posé ce genre de question. Maladroit dans le jeu, comme sur ce contre où il s’est perdu dans une série de dribbles alors qu’il était en position de frapper (42e), le Brésilien s’est appliqué pour ajuster Alfred Gomis, parti du bon côté mais impuissant (40e+5). Cruel et frustrant pour des Rennais séduisants. Ils auraient même pu se retrouver en supériorité numérique après une charge de Danilo Pereira dans le dos de Serhou Guirassy (34e), mais l'arbitre n'a pas sorti de carton rouge, et n'a même rien sifflé. Cinq minutes plus tôt, Guirassy avait cru délivrer les siens en fusillant Keylor Navas, mais son but avait logiquement été annulé pour une position de hors-jeu (29e). Au jeu des buts refusés, Paris a égalisé dans la foulée, quand l’arbitre a signalé que le ballon avait franchi les limites du terrain avant de finir au fond des filets de Gomis sur une tête de Moise Kean (39e).

Kimpembe voit rouge

Dans une partie animée et riche en occasions, Rennes n’a jamais abdiqué. Avec la volonté d’être bien plus conquérant, et surtout moins candide, que lors de la déroute subie à l’aller (3-0) au Parc des Princes, en novembre. Mention spéciale pour Jérémy Doku. Il manque encore un peu de justesse et de sang-froid au Belge pour convertir ses occasions. Mais sa vitesse et sa faculté à éliminer ses adversaires sur un geste en font un sacré poison pour les défenses. Presnel Kimpembe, exclu pour l'avoir découpé le long de la ligne de touche (88e), peut en témoigner. Il faut aussi mettre en avant la solide copie rendue par le jeune Lesley Ugochukwu (17 ans), propulsé titulaire au milieu de terrain face aux absences de Steven Nzonzi et Eduardo Camavinga, suspendus. Il a fait preuve de caractère pour sa première titularisation en Ligue 1. Comme son équipe. Comme Guirassy, venu égaliser d’une tête puissante sur énième un corner de Benjamin Bourigeaud (71e). Une sanction logique pour les Parisiens, à la peine devant l'intensité adverse et bien peu inspirés sans Marco Verratti et Kylian Mbappé.

Réduits à dix en fin de match, les Parisiens ont bien failli repartir de Bretagne sans le moindre point. Il a fallu une sublime détente horizontale de Navas sur une tentative de Flavien Tait (90e) pour permettre aux siens de sauver un point. Un moindre mal, mais le constat est clair : Lille file vers le titre et Paris doit en plus se méfier de l'AS Monaco, qui revient à deux points de la deuxième place.

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport