RMC Sport

Ligue 1: Monaco s’accroche toujours à sa deuxième place

-

- - -

Pas vraiment fringante, l’AS Monaco est allée chercher un succès précieux à Louis II devant Nantes (2-1), qui avait créé la surprise en ouvrant le score. Le club du Rocher met la pression sur l’OM, provisoirement relégué à 8 points avant la réception de Montpellier.

Quand les jambes vont un peu moins bien, la tête peut faire le reste. C’est ce que les joueurs de l’AS Monaco ont appliqué ce samedi, pour se défaire du FC Nantes, en match décalé de la 32e journée de Ligue 1 (2-1). Thomas Lemar sur le banc, l’ASM a longtemps semblé manquer du grain de créativité nécessaire pour déséquilibrer le bloc nantais. L’international français, moins en vue ces derniers temps, avait été préservé par Leonardo Jardim au coup d’envoi. Ce n’est pas de lui, donc, qu’est venue la lumière princière pour renverser un match mal engagé par les Rouge et Blanc, surpris par Thomasson à la demi-heure de jeu (32e).

Monaco aurait pu finir à dix

Tout a basculé en trois minutes et juste avant la pause pour les Monégasques, ragaillardis par Falcao d’abord (42e) puis définitivement libérés par Rony Lopes (45e). Ce ne sera pas la première fois que la bande à Jardim renverse un score, elle qui a empoché 22 points dans ce type de scénarii cette saison – total le plus élevé de l’exercice -. Mais le timing est important, à la sortie d’une semaine qui aura vu l’ASM prendre une claque en finale de la Coupe de la Ligue face à Paris (3-0) et se faire accrocher par Rennes ce mercredi (1-1) en championnat. Deux coups de génie, dont l’un de sa vedette en 2018, Rony Lopes (12 buts cette saison) auront suffi à Monaco pour relever la tête. Enfin, presque.

En seconde période, l’ASM aurait pu perdre Kamil Glik, auteur d’un geste qui aurait mérité un carton rouge plutôt qu’un jaune sur Khrin (58e). Ce dernier (76e), tout comme Sala (90+3e), auraient pu arracher le nul que les Canaris auraient mérité, au vu d’une seconde période bien plus concernée de leur part que celle des Monégasques. Mais Monaco, à défaut d’être brillant dans ce sprint final, a le mérite de savoir s’accrocher, là où son adversaire du soir décroche petit à petit, journée après journée, avec une deuxième défaite de rang en L1. La pression, désormais, est sur l’épaule de l’OM, condamnée à gagner dimanche contre Montpellier. Pour ne pas voir cette deuxième place s’envoler.

VIDÉO. Ligue 1- Les Nantais parasités par les rumeurs autour de Ranieri ?

A.D