RMC Sport

Lille: "Il faut être patient", Galtier vole au secours de Renato Sanches

Décevant lors de la défaite de Lille cette semaine face à l'Ajax en Ligue des champions (3-0), Renato Sanches peut compter sur le soutien de son entraîneur. Christophe Galtier demande de la patience et de l'indulgence envers le Portugais, qui reste sur trois saisons délicates.

Fort de son statut et de son expérience, Renato Sanches était très attendu mardi pour l’entrée en lice du Losc en Ligue des champions. Mais le Portugais de 22 ans, devenu cet été la recrue la plus chère de l’histoire des Dogues en étant acheté au Bayern Munich pour 25 millions d’euros, a déçu face à l’Ajax Amsterdam (défaite 3-0). Aligné comme milieu droit, il n’est pas parvenu à bloquer les montées de Nicolas Tagliafico et n’a pas eu l’activité attendue dans son couloir. Il a également fait preuve de maladresse sur les contres lillois. Pas épargné par les critiques après ce match décevant, Sanches peut toutefois compter sur le soutien de son entraîneur. Présent ce samedi en conférence de presse, à la veille du déplacement de Lille sur la pelouse du Stade Rennais pour le compte de la sixième journée de Ligue 1 (15h), Christophe Galtier a pris la défense de son joueur. "J’en ai parlé avec lui. Si je peux me permettre, j’ai trouvé les critiques exagérées. J’ai revu le match deux fois. Est-ce que c’était le bon choix de mettre Renato sur le côté droit ? Je pense que c’était le bon choix du moment. Je trouve qu’il faut être patient et indulgent", a souligné Galtier.

"Ce n’est pas parce qu’il s’appelle Renato Sanches qu’il doit être le sauveur"

"Renato travaille beaucoup. Je ne veux pas qu’il porte sur lui toute la pression de l’équipe ou la pression d’un transfert. Certes, c’est le transfert le plus important de l’histoire du club. C’est beaucoup d’argent, mais ça représente quoi par rapport aux championnats anglais, italien voire allemand ? Il faut relativiser. C’est un jeune joueur, il a été champion d’Europe, il est international portugais et il arrive du Bayern. Il y a une attente très importante autour de Renato. Je suis sûr et convaincu qu’il va s’intégrer et être performant", a poursuivi Galtier, qui veut trouver des circonstances atténuantes à l’ancien Bavarois. "Les gens oublient que c’est un jeune joueur qui a eu une éclosion très rapide à Benfica et qui est ensuite parti au Bayern, l’un des plus grands clubs du monde. Ça a été difficile pour lui. Il y a eu des blessures, il a été prêté. Un joueur, ce n’est pas un bouton. On ne met pas "ON" pour qu’il démarre à fond ou "OFF" pour l’arrêter", a-t-il insisté au sujet du Portugais, qui reste sur trois saisons délicates. Arrivé au Bayern dans la foulée de l’Euro 2016, puis envoyé en prêt à Swansea, il est ensuite retourné à Munich, où il n’est pas parvenu à s’imposer.

"Il doit s’intégrer, retrouver du rythme. Ce n’est pas parce qu’il s’appelle Renato Sanches qu’il doit être le sauveur de l’équipe. Si je suis exigeant avec tout le monde, je serai évidemment exigeant avec Renato, mais je ne vais pas lui mettre une pression supplémentaire", a conclu Galtier.

RR avec Jean Bommel