RMC Sport

Monaco-OM: les Marseillais racontent leur belle remontée

Menés 2-0 par Monaco après moins d’une demi-heure de jeu, les joueurs de l’OM ont réussi à renverser la tendance pour s’imposer en Principauté ce dimanche (4-3). Ils ont ensuite expliqué pourquoi ils n’avaient pas lâché après cette entame difficile.

Au bout de 27 minutes de jeu, ce dimanche soir au stade Louis-II, il ne devait plus y avoir beaucoup d’optimisme chez une bonne partie des supporters de l’OM. Avec un doublé de Wissam Ben Yedder (17e sp, 27e), Monaco avait déjà fait le break et pouvait légitiment espérer sortir la tête de l’eau après un début de saison très délicat. Mais l’OM a su se relever. Et de quelle manière. Dario Benedetto (38e, 67e), Valère Germain (41e) et Dimitri Payet (61e) ont puni les Monégasques, qui n’ont pu finalement que réduire l’écart par Keita Baldé (3-4, 75e).

Cette victoire, la troisième de suite en Ligue 1, permet à l’OM (4e) de recoller à Rennes (2e) et Nantes (3e), avec le même nombre de points (10), à seulement deux unités du leader, le PSG. Mais comment les Marseillais sont-ils restés dans le match alors que Monaco menait 2-0 ? Une question de confiance en eux… et de connaissance des troubles monégasques.

"Tout le monde a vu que ces derniers matchs, Monaco se faisait rejoindre"

"Le score était compliqué, explique Morgan Sanson, le milieu de terrain de l’OM. Je pense qu’on ne méritait pas de perdre 2-0 à ce moment-là. On est bien rentré dans la partie, on a montré qu’on était bien en place et qu’on était dangereux. On a su ne pas lâcher. Je pense que tout le monde a vu que ces derniers matchs, Monaco se faisait rejoindre quand ils menaient de deux buts. Moi le premier, j’y ai pensé. Et on a réussi à retourner la situation."

Avant cela, depuis le banc de touche, le néo-Marseillais Valentin Rongier avait bien vu la tactique de Leonardo Jardim. "Je pense que Monaco a très bien joué les contre-attaques, souligne l’ancien Nantais, entré en jeu à la 79e. C’était leur plan. Ils nous ont laissé le ballon. Le plus gros danger, c’était sur nos pertes de balles." Mais l’OM est donc resté confiant. "S’il y avait eu des vagues, des occasions de partout pour eux, peut-être qu’on aurait mis la tête sous l’eau, confie Morgan Sanson. On arrivait à produire du jeu. On avait des occasions. Donc c’est pour ça qu’on n’a pas lâché." Et Dario Benedetto, Valère Germain et Dimitri Payet ont frappé par renverser cette inquiétante ASM.

"Il ne faut pas que ça s’enflamme"

"Je pense qu’on a pris l’avantage très logiquement, analyse Valère Germain, titulaire sur le côté droit de l’attaque marseillaise. J’ai mis la tête la plus forte possible (2-2 à la 41e). Ça m’a réussi. C’était un moment important. Ça nous a permis de rentrer au vestiaire sur un score de parité. C’était plus facile de repartir en seconde période." Ce retournement de situation au stade Louis-II ressemble finalement beaucoup au début de saison de l’OM. De gros doutes après la défaite inaugurale au Vélodrome face à Reims (0-2), puis des progrès. Même s’il reste des défauts à gommer, bien sûr.

"On a su relever la tête progressivement, apprécie Valère Germain. Les résultats sont bons. Et dans le jeu, on est de mieux en mieux. Le plus dur, ce sera de le faire dans la durée. On n’a qu’un match par semaine mais on n’a pas non plus un groupe de 30 joueurs, donc il va falloir qu’on soit tous concentrés." Et pas question de s’enflammer. "Il ne faut pas que ça s’enflamme, prévient Morgan Sanson. On a assez d’expérience pour rester humble. On va savourer ce soir mais dès demain, on va se remettre au travail et on va penser à Montpellier."

LP avec YP