RMC Sport

OL-Dijon: Un nouveau cauchemar lyonnais en 6 questions

L’OL a vécu une nouvelle énorme désillusion en quatre jours en s’inclinant piteusement face à Dijon (1-3), ce samedi lors de la 31e journée de Ligue 1. Si l’OL reste troisième, le mal semble très profond et pose plusieurs questions sur les joueurs, Bruno Genesio et la fin de saison.

Les joueurs ont-il lâché Genesio?

L’entraîneur s’est lui-même posé la question après la défaite face à Rennes en Coupe de France (2-3), mardi. Il a assuré vendredi avoir été rapidement rassuré sur ce sujet et n’avoir pas ressenti de trahison. Difficile d’en voir une lors du match face à Dijon, ce samedi. Martin Terrier a ouvert le score dès la première minute. Mais la défense olympienne a plongé lors des six suivantes en concédant deux buts dont un sur une frappe déviée de Marcelo, déjà en grande peine mardi face à Rennes.

Les Lyonnais ont eu d’énormes occasions pour égaliser mais Runnarson a réalisé deux miracles au moins. Sans idée dans le jeu avec des passes latérales et peu de relais dans l’axe, les joueurs lyonnais ont complètement lâché après le troisième but dijonnais. A mi-chemin entre l'abattement et la démission.

Les choix forts de Genesio ont-ils payé?

Bruno Genesio avait décidé de frapper fort en laissant plusieurs cadres sur le banc au coup d’envoi (Memphis Depay, Tanguy Ndombele, Bertrand Traoré). Des choix d’abord payants puisque Martin Terrier, qui a bénéficié de la confiance de l’entraîneur, a ouvert le score dès la première minute. Sa décision de reconduire Marcelo a donné un résultat plus contestable avec une frappe déviée par le Brésilien sur le deuxième but dijonnais. S’il avait choisi de piquer Memphis, Ndombele et Traoré en les faisant entrer en jeu, Genesio n’a pas réussi puisque les trois joueurs n’ont rien apporté en fin de match. 

Genesio a-t-il définitivement fait une croix sur une prolongation?

Il ne faudra pas compter sur Jean-Michel Aulas pour lâcher cette information avant la fin de la saison. Mais perdre contre la lanterne rouge avec une absence totale de réaction dans le dernier quart d’heure ne va pas arranger la cote de Bruno Genesio. L’exercice infligé par le président à son entraîneur devant la presse mardi rendait déjà très hypothétique le fait que ce dernier soit prolongé. Le contenu proposé par l’OL ce samedi fut assez désastreux même si les Lyonnais ont eu les occasions pour ne pas perdre ce match. 

"Dès la nuit du match (après Rennes, mardi), j’étais reboosté, même si j’ai peu dormi, avait pourtant assuré Genesio, vendredi en conférence de presse. J’ai mon caractère, j’ai le sens des responsabilités. Quand vous êtes entraîneur, si vous n’êtes pas capable de vous remobiliser vous-même, je ne vois pas comment vous pouvez remobiliser les joueurs. Je me sens en forme, combatif, pour aborder les huit derniers matchs."

Quel fut l’accueil du public? 

Glacial. Plusieurs banderoles hostiles sont apparues dans le stade au coup d’envoi, dont certaines demandaient le départ de Bruno Genesio. Le scénario du match a provoqué une nouvelle indignation dans un stade clairsemé, qui semble avoir préféré l’indifférence et les moqueries à la colère. Lors de son entrée en jeu, Memphis Depay a tout de même reçu des copieux sifflets à la 63e. Les supporters de l’OL ont fait des olé sur une séquence de passes dijonnaises avant de siffler leurs joueurs. Cela s’est reproduit au coup de sifflet final. Mais de nombreux supporters du virage sud avaient déjà quitté le stade avant la fin de la rencontre.

L'OL doit-il trembler pour sa troisième place?

Le succès à Rennes vendredi dernier (0-1) en Ligue 1 semble loin. L’euphorie qui l’accompagnait aussi, alors que Jean-Michel Aulas avait exulté en adressant une bise à Gérard Houllier et Bernard Lacombe en tribune (l’OL avait fait le trou sur la quatrième place et mettait la pression sur Lille, deuxième). Huit jours plus tard, le président lyonnais a affiché une mine grave. L’élimination de son équipe en demi-finale de la Coupe de France mardi face à Rennes (2-3) l’a rendu furieux au point de geler la prolongation de contrat de Bruno Genesio lors d’une conférence de presse surréaliste. Quatre jours plus tard, l’OL s’est enfoncé plus profond dans la crise en s’inclinant à domicile face à Dijon (1-3), lanterne rouge de Ligue 1 avant le coup d’envoi.

Alors qu'ils avaient l'occasion de revenir à une longueur de Lille, deuxième, ils doivent désormais se méfier du retour de Saint-Etienne, quatrième à sept points (et qui pourrait revenir à quatre points). Les Gones peuvent de faire du souci alors qu'ils affronteront Lille et l'OM lors de leurs sept derniers matchs (mais aussi Nantes, Angers, Bordeaux, Caen et Nîmes).

D’autres mauvaises nouvelles?

Oui. Jason Denayer, l’un des Lyonnais les plus réguliers cette saison, a quitté le terrain en fin de match laissant ses partenaires à dix contre onze. Le défenseur belge s’est fait involontairement marcher dessus par Amalfitano (81e). Touché à la cuisse, il est resté un long moment au sol avant d’être remplacé. Quand rien ne va. 

Nicolas Couet