RMC Sport

OL: les premiers grands chantiers de Rudi Garcia

Après avoir été intronisé en tant qu’entraîneur de l’OL, Rudi Garcia va vite devoir se montrer convaincant. Alors que les Gones restent sur un début de saison très décevant, l’ancien coach marseillais a pour objectif de ramener de la lumière et de la discipline dans le Rhône. Avec quelques dossiers sensibles à bien négocier.

Remettre le vestiaire à l’endroit

C’est l’un de ses premiers défis. Peut-être le plus urgent. Rudi Garcia doit rapidement remobiliser son nouvel effectif. Et instaurer une ambiance de travail studieuse. "On manque de discipline", a regretté Juninho cette semaine. Le directeur sportif souhaite un encadrement plus resserré autour des joueurs, jugés trop peu impliqués depuis le début de la saison. A l’image des remplaçants, parfois nonchalants, jamais décisifs. C’est d’ailleurs l’un des points qui a joué en faveur de Garcia au moment de son entretien d’embauche. Le manager de 55 ans est jugé capable de ramené du sérieux dans le vestiaire de l’OL. A lui de le prouver.

Redonner confiance aux joueurs

Après neuf journées de Ligue 1, les Gones occupent une triste 14e place au classement. A seulement un point de la lanterne rouge Metz. Pour trouver la trace de leur dernier succès en championnat, il faut remonter au 16 août dernier et un carton contre Angers (6-0). Il y a deux mois, jour pour jour. Depuis, les partenaires d’Houssem Aouar ont enchaîné sept matchs sans victoire (quatre défaites, trois nuls). Dont le plus récent à Saint-Etienne, dans le derby (1-0).

De quoi entamer un peu le moral des troupes, forcément. Même s’ils gardent confiance en leurs atouts, les Lyonnais ont vite besoin de gagner à nouveau. Pour se rapprocher du podium d’ici les fêtes de fin d’année. Le calendrier leur offre deux prochains matchs face à Dijon (samedi) et Metz (26 octobre) face à des équipes mal classées, entrecoupés d'un déplacement à Benfica en Ligue des champions (mercredi prochain, en exclusivité sur RMC Sport). L’occasion rêvée de se donner un peu d’air. A condition de ne pas se louper. En parallèle, Garcia a prévu de rencontrer un par un tous les joueurs de l’effectif. Pour tenter de créer le fameux "choc psychologique".

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour suivre l'OL et tous les matchs de la Ligue des champions

Imprimer un style de jeu

"En trois mois, on a perdu les bases que Bruno Genesio nous a laissées l’année dernière". Le constat de Juninho est cinglant. Mais réaliste en même temps. Lors de son court mandat dans le Rhône, Sylvinho n’a jamais su donner une identité à son équipe. Boulimique de vidéo et de tactique, le coach brésilien s’est surtout démené pour ne pas prendre de buts (sans grande réussite). Mais il en a oublié la créativité. Sans schéma cohérent, il a donné l’impression de naviguer à vue ces dernières semaines. Rudi Garcia sera donc chargé d’élaborer une formule claire et efficace. Et de ramener un peu de spectacle au Groupama Stadium. L’idée est de refaire de l’OL une formation dominatrice, qui inspire à nouveau de la crainte à ses adversaires. Il y a du boulot.

Gérer le cas Depay

L’attaquant néerlandais est un dossier à lui tout seul. Et pas le moins sensible. Depuis son arrivée au club en janvier 2017, Memphis Depay a traversé plusieurs périodes de turbulences. Mais avec Sylvinho, ça se passait plutôt bien. Alors que son équipe galère depuis cet été, le joueur de 25 ans réalise un début de saison séduisant. Avec six buts et une passe décisive en dix matchs (toutes compétitions confondues), il affiche des statistiques très propres. Il faut dire que le technicien brésilien l’avait rapidement installé à la pointe de l’attaque. Une situation bénéfique pour l’ancien de Manchester United (recruté pour 16 millions d’euros).

La question est de savoir si Garcia lui offrira le même statut. C’est possible, mais pas certain. Et rien ne dit que Memphis acceptera gentiment de rentrer dans le rang si certains ajustements rognent sur ses prérogatives. Alors que son attitude agace un peu dans la sphère de l’OL, le joueur des Pays-Bas pourrait perdre gros s’il ne parvient pas à s’entendre avec son nouvel entraîneur. Et peut-être réciproquement. 

Convaincre les supporters

Rudi Garcia le sait bien, il n’arrive pas en terrain conquis à Lyon. Son passé récent à l’OM (qu’il a quitté en fin de saison dernière) et sorties incisives dans la presse lui valent une certaine défiance auprès des supporters. Plus ou moins accrue en fonction des sensibilités. Après l’annonce de son arrivée, des centaines de messages insultants et ironiques ont été postés sur les réseaux sociaux.

Même s’il faut rester mesuré sur l’impact réel des internautes dans la vie d’un club, l’hostilité est palpable. Garcia ne bénéficiera pas d’une énorme patience de la part des amoureux de l’OL. Dans ce contexte, l'ancien technicien de l’AS Rome a rencontré mercredi les responsables des principales associations de supporters. Une manière d’apaiser les possibles tensions. Mais au final, seul les résultats lui permettront de travailler dans un climat serein.

Miser plus sur les jeunes

C’est l’un des reproches qui a été fait à Sylvinho. Le Brésilien s’est très peu appuyé sur les jeunes du centre de formation durant son passage à l’OL. Une gestion qui n’a pas forcément plu aux dirigeants. Lors de sa présentation, Garcia n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler qu’il aimait faire confiance aux jeunes. Et qu'il avait lancé Maxime Lopez et Boubacar Kamara à Marseille. Avec le réservoir rhodanien, il aura de quoi faire à ce niveau-là. A commencer par Maxence Caqueret. Le milieu de terrain de 19 ans est présenté comme l’une des grandes promesses du club. Impressionnant à l’entraînement, il n’a encore jamais eu sa chance avec les A cette saison. Ça pourrait vite changer.

Après avoir signé son premier contrat professionnel durant l’intersaison, Rayan Cherki pourrait lui aussi se rapprocher de l’équipe fanion. Jusqu’ici, le talentueux milieu de 16 ans est le plus souvent laissé à la disposition des équipes de jeunes. Garcia pourrait le convier plus régulièrement aux séances des pros. Et pourquoi pas, l’inclure prochainement dans son groupe pour un match de L1. Comme d'autres espoirs de l'académie lyonnaise. 

Alexandre Jaquin avec Edward Jay