RMC Sport

OL : quand Aulas remet en cause la combativité du PSG

Nasser Al-Khelaïfi (à gauche) et Jean-Michel Aulas

Nasser Al-Khelaïfi (à gauche) et Jean-Michel Aulas - AFP

Alors qu’il réagissait aux résultats du week-end en Ligue 1 sur Twitter, Jean-Michel Aulas en a profité pour adresser une pique aux joueurs du PSG, coupables à ses yeux de ne pas avoir été assez combatifs lors de leur défaite à domicile contre Monaco, rival de l’OL pour la deuxième place.

Jean-Michel Aulas ose tout. C’est même à ça qu’on le reconnaît. L’adaptation de la célèbre réplique des « Tontons Flingueurs » convient parfois à merveille aux discours tenus par le président lyonnais ou à quelques-unes de ses petites phrases distillées sur Twitter. Dernier exemple en date ce mardi. Alors qu’il évoquait les résultats du week-end en Ligue 1 dans un message adressé à deux médias, « JMA » a tenu à souligner la « belle performance » des Girondins de Bordeaux, vainqueurs à Monaco (1-2), qui ont permis à l’OL de se rapprocher à 3 points de l’ASM dans la course à la deuxième place et à la qualification directe en Ligue des champions.

« Qu’est-ce qui est de bonne guerre ? D’avoir lâché le match contre l’ASM ? »

Mais l’homme fort des Gones ne s’est pas arrêté là. Dans le même tweet, Aulas envoie une pique en direction du club déjà sacré champion : « quel regret que PSG n’es (sic) pas été combattif contre ASM comme 1 match amical ». Si l’on passe outre la construction orthographico-grammaticale désastreuse, on comprend que le président lyonnais critique l’attitude des Parisiens lors de leur défaite face aux Monégasques au Parc des Princes (0-2 le 20 mars). Ce qu’il confirme dans le tweet suivant : « Qu’est-ce qui est de bonne guerre ? D’avoir lâché le match contre l’ASM ? C pas sérieux à moins que PSG préfère ASM ? »

Une façon d’appuyer ceux qui prétendaient que les hommes de Laurent Blanc pourraient « fausser » la fin de championnat en étant sacrés si tôt. Reste tout de même une question à poser à « JMA » : mais pourquoi ses propres joueurs n’ont-ils pas été plus combatifs… pendant toute la première partie de saison ? Cela aurait peut-être réglé la question. En évitant de voir Aulas obligé d’aller regarder dans l’assiette du voisin.