RMC Sport

OM: D'une finale de Ligue Europa à un licenciement, le bilan contrasté de Rami

A 33 ans, Adil Rami a été licencié ce mardi par l'Olympique de Marseille pour faute grave. Après deux saisons au club, le défenseur central laissera l'image d'un bilan contrasté sous le maillot de l'OM.

Deux saisons et puis s’en va pour Adil Rami. Le défenseur français a été licencié ce mardi pour faute grave, après deux mois de procédure disciplinaire. "Ce que je peux dire, c’est que c’est un échec pour tout le monde. Il n’y a ni perdant, ni gagnant. Que ce soit le joueur, le club, les dirigeants", commentait son président Jacques-Henri Eyraud en conférence de presse début août. L'aventure sous le maillot de l'Olympique de Marseille s'achève difficilement pour Adil Rami, alors que la première saison était réussie.

Titulaire indiscutable pour sa première saison

Arrivé en juillet 2017, Adil Rami s'engageait alors pour un contrat de quatre saisons à l'Olympique de Marseille, où il retrouvait Rudi Garcia, son ancien entraîneur à Lille où les deux hommes s'étaient quittés en 2011 sur un doublé Ligue 1 et Coupe de France. Dès ses débuts à Marseille, le défenseur s'impose rapidement en défense et réalise une saison complète, avec cinquante-six matchs au compteur.

L'ancien du FC Séville, où il a remporté la Ligue Europa en 2016, apporte son expérience pour l'épopée européenne de Marseille dans cette même compétition. Il dispute 18 matchs en Ligue Europa en 2017-2018, associé à Rolando au début de la campagne européenne puis à Luiz Gustavo en fin de parcours. Cette charnière avec le Brésilien sera alignée en finale face à l'Atletico de Madrid (3-0). La défaite limpide au Parc OL, n'entache pas les émotions qui auront jalonné ce parcours, notamment a l'Orange Vélodrome, où le quart de finale retour face à Leipzig est resté "une leçon d'envie et d'ambiance". Grâce à Adil Rami l'un des artisans majeurs, l'Olympique de Marseille a retrouvé une finale européenne, la dernière remontant à 2004 en Coupe de l'UEFA face à Valence.

Un statut perdu pour sa deuxième saison

Sa première saison olympienne où Adil Rami est devenu le patron de la défense marseillaise, a permis au Français d'intégrer la liste des 23 de Didier Deschamps pour la Coupe du monde 2018 en Russie. Seul joueur de champ non-utilisé pendant toute la compétition, Adil Rami assure le spectacle avec les médias et devient champion du monde.

L'aventure russe transforme Adil Rami. Courtisé par plusieurs clubs dont en MLS pour une aventure américaine, le joueur décline pour rester à Marseille avec l'ambition de permettre à son club de disputer la Ligue des champions. Mais sa deuxième saison est bien différente. Deux grosses erreurs face à Monaco plombent son début de championnat, en plus d'une blessure en Ligue Europa. Progressivement écarté, Adil Rami est souvent remplaçant avec l'arrivée de Duje Ćaleta-Car et la montée en puissance de Boubacar Kamara. De titulaire indiscutable et cadre du groupe de Rudi Garcia, Adil Rami est devenu l'un des symboles de la saison ratée de Marseille, cinquième de Ligue 1 la saison dernière.

Adil Rami, le personnage médiatique

La Coupe du monde 2018 a surtout changé la dimension médiatique d'Adil Rami. Sa relation avec Pamela Anderson s'étale dans les médias. En début juillet, son club annonce avoir lancé une procédure disciplinaire à son encontre; Le défenseur de 33 ans est accusé "d'avoir menti au sujet de son absence à l'entraînement le 20 mai précèdent". Sa direction lui reproche de "s'être rendu sur le tournage de l'émission Fort Boyard", sans l'accord de Rudi Garcia son entraîneur de l'époque ni de la direction.

Licencié pour faute grave, rupture avec Pamela Anderson qui le qualifie de "monstre", Adil Rami a vécu un été compliqué. Sa deuxième saison sportive, bien en-deçà de la première, à l'image de la saison ratée du club, laissera une image contrastée, d'un joueur qui a grandement raté sa sortie. Mais ne fera pas oublier pour autant qu'il a été l'un des cadres majeurs de l'équipe qui a ramené l'Olympique de Marseille en finale d'une compétition européenne. 

Guillaume Lepère