RMC Sport

OM: Mandanda n'a pas changé d'avis sur Villas-Boas, "je l'aime énormément"

Steve Mandanda a regretté ce vendredi le départ d'André Villas-Boas, dont il était très proche. Le capitaine de l'OM avait même été mis dans la confidence de la démission de l'entraîneur avant l'annonce.

Il était le relais privilégié d'André Villas-Boas, voire son confident. Steve Mandanda a donc regretté le départ de l'entraîneur de l'OM, qui a annoncé avoir proposé sa démission à la direction mardi avant d'être mis à pied à titre conservatoire par le club plus tard dans la journée. Avant de l'annoncer aux journalistes, le technicien portugais avait mis le capitaine dans la confidence, lundi. 

"Plus ou moins au courant" depuis lundi

"J'étais plus ou moins au courant parce qu'on a eu une longue conversation la veille", a-t-il reconnu ce vendredi en conférence de presse. Et la nouvelle l'a un peu sonné venant d'un coach qu'il avait placé dans le top 3 de ceux qu'il a connus à Marseille.

"C'est dommage que ça se termine comme ça"

"La deuxième saison s'est moins bien passée que la première, a reconnu le gardien en réponse à une question sur le bilan plus mitigé du Portugais cette année. Ça ne change en rien ce que je pense du coach, que ce soir humainement ou techniquement. C'est quelqu'un que j'apprécie énormément, qui nous a beaucoup apporté. Il a énormément fait pour nous. Moi, comme beaucoup de personnes dans le vestiaires, étions déçus de son départ. C'est le milieu qui veut ça, ce sont des choses qui se ont passées entre lui et la direction. C'est dommage que ça se termine comme ça. C'est quelqu'un que j'apprécie et que j'aime énormément."

>> La conf' de l'OM en direct

"C'est une déception"

Il a également évoqué la discussion entre Villas-Boas et les joueurs après son annonce en conférence de presse. "Je ne parle pas de ce qu'il se dit dans le vestiaire, explique-t-il. C'est une déception, il nous a expliqué les raisons. Il nous l'a appris collectivement. On est professionnels et un match arrivait (face à Lens, mercredi) donc on n'a pas eu trop le temps de gamberger, ça s'est fait dans la précipitation. Nasser (Larguet) et son staff nous ont rejoints le lendemain et on a joué."

NC avec Florent Germain