RMC Sport

OM : Michel charge ses joueurs

En colère suite au match nul de l’OM sur la pelouse de Lorient ce samedi (1-1), Michel a évoqué une « honte » en conférence de presse. Où l’entraîneur espagnol n’a pas hésité à s’en prendre directement à ses joueurs, et notamment un Benjamin Mendy rhabillé pour l’hiver.

Après les excuses du vendredi, la charge contre les joueurs du samedi. Très en colère à l’issue de la prestation de son équipe à Lorient, où l’OM a arraché un énième match nul (1-1) mais peut dire merci à un grand Steve Mandanda, Michel n’a pas caché ses sentiments face à la presse. Avec pour une des premières fois de la saison le mot d’ordre suivant : haro sur ses joueurs. « Est-ce que je suis touché ? Non. Enervé. C’est différent, a lancé le technicien espagnol. Quand tu es l’entraîneur, c’est difficile parce qu’il faut respecter les joueurs, ne pas dire beaucoup de choses. Mais je crois que c’est le moment où mes joueurs doivent apprendre l’histoire de ce club. Parce qu'après le but de Waris, notre prestation était une honte. » Au point de voir l’ancienne gloire du Real Madrid convoquer l’histoire pour remotiver ses troupes à la pause, où Mandanda a également pris la parole pour réveiller des coéquipiers trop apathiques à son goût.

« A la mi-temps, je n’ai pas parlé tactique, poursuit Michel. On a parlé d’autres choses qui sont très importantes pour jouer au foot et que peut-être les jeunes ne savent pas. L’envie, je suppose qu’on l’a quand on joue pour l’OM. Il faut mettre de l’envie quand on joue avec ce maillot. Les résultats de cette équipe ne sont pas un hasard. Chacun doit affronter ses responsabilités. Et moi aussi. (...) Le problème, ce n’est pas la tactique ou le choix des joueurs. C’est une autre question fondamentale. Si vous étiez à l’intérieur du vestiaire, vous comprendriez tout de suite ce que je veux dire. Il faut parler avec les blessés. J’entends et je lis beaucoup de questions sur la préparation physique. Mais le mieux serait peut-être de demander aux joueurs pourquoi ils sont blessés, particulièrement un des joueurs. »

« La responsabilité et l’honnêteté sont importantes »

On devine que le coach espagnol évoque Benjamin Mendy, sorti dès la 17e minute au Moustoir. « Sur les trois derniers mois, il a eu deux blessures, rappelle Michel. Il a repris sa place il y a quatre matches et aujourd’hui, il est à nouveau blessé. » Conséquence d’une mauvaise hygiène de vie ou d’un manque de sérieux dans les soins ? « Je ne sais pas, je ne suis pas de la police, élude l’entraîneur phocéen. Peut-être que je fais une tête de gendarme aujourd’hui mais je ne sais pas ce qui se passe dans la vie des personnes. C’est pour ça que la responsabilité et l’honnêteté sont très importantes. Moi, je suis honnête et responsable. Je ne suis pas de Marseille, je ne suis pas né ici, mais je ressens la situation dans laquelle se trouve Marseille. C’est très difficile et c’est pour ça que je suis énervé. »

Entre les lignes, on devine un Michel qui s’est senti un peu lâché par son groupe. Avec cette impression d’être le seul à faire front face à la presse. Heureusement, pour retrouver le sourire, il reste Mandanda. « C’est un gardien extraordinaire, une grande personne et un grand leader, juge l’Espagnol. Il arrête des occasions adverses mais c’est aussi le meilleur pour une quantité de choses qu’il va faire dans les vestiaires en montrant aux autres joueurs la manière dont il faut être joueur de l’OM. »

A.H. avec P.-Y.L. à Lorient