RMC Sport

OM: Villas-Boas en remet une couche sur la différence "abyssale" avec le PSG

L’entraîneur de l’OM André Villas-Boas a dressé un état des lieux inquiétant avant le choc historique de Ligue 1 contre le PSG dimanche (21h), au Parc des Princes. Il n’est évidemment pas à l’avantage des joueurs marseillais. Le technicien portugais en est bien conscient.

André Villas-Boas est du genre pragmatique, pas un vendeur de rêve. Avant le match au Parc des Princes dimanche (21h), contre le PSG, l’entraîneur portugais n’a pas souhaité brosser les supporters dans le sens du poil, seulement leur rappeler la réalité des faits. Comme il l'avait déjà fait dimanche dernier, après la victoire contre Strasbourg.

"La différence entre les deux équipes est maintenant abyssale", a-t-il affirmé en conférence de presse, suggérant que l’intérêt pour l’entraîneur qu’il est, dans sa situation, se situe ailleurs: "On ne va pas à Paris pour participer à la fête du PSG. On mouille le maillot mais il y a une différence abyssale. On respecte l’emblème, le logo. Mais le plus important pour moi est de sortir de là sans blessure ni suspension et de bien préparer les matchs contre Monaco (Coupe de la Ligue, ndlr), Lille et Lyon."

>> PSG: Mbappé serait une "obsession" pour le Real Madrid selon As

"Un milliard de différence" entre les deux clubs

Depuis l’arrivée du Qatar au printemps 2011, le Paris Saint-Germain n’a jamais disposé d’une telle force de frappe offensive. L’abondance de biens ne nuit pas et Thomas Tuchel a en plus enregistré les renforts au milieu, tandis que la défense incarnée par un immense Thiago Silva a offert des gages de sécurité ces dernières semaines.

"En dix ans, il y a un milliard (d'euros) de différence entre le PSG et l’OM, a constaté Villas-Boas. Ça, c’est une nouvelle réalité. On doit être réaliste. On a plus à gagner qu’à perdre. Les équipes avec des petits budgets qui viennent à Marseille, elles rêvent et parfois, elles gagnent. On va rêver, on va essayer de gagner. On n’a rien à perdre. On va essayer de jouer le match pour le match. Si on s’en sort mal, ce sera plus important de penser à Lille et Lyon, et Monaco en Coupe de la Ligue."

QM avec F.Ge à Marseille