RMC Sport

"On n’avait plus vu ça depuis Juninho": Laurienté impressionne après son coup de génie

Armand Laurienté a ébloui la 30e journée de Ligue 1 en marquant un coup franc phénoménal, ce dimanche à Nantes (1-1). A 22 ans, le milieu de terrain de Lorient, appelé avec les Espoirs pour disputer l’Euro, monte en puissance ces dernières semaines. Et voit sa cote grimper en flèche.

S’il avait été marqué sur FIFA, on aurait sans doute pensé que ce but n’était pas crédible. Mais Armand Laurienté l’a inscrit dans le monde réel. Sur la pelouse de Nantes, ce dimanche, lors de la 30e journée de Ligue 1. A la 87e, le milieu de terrain de Lorient a offert un nul précieux à son équipe en claquant un coup franc d’environ quarante mètres, légèrement décalé sur la gauche (1-1). Une frappe qui a permis au ballon de s’envoler au-dessus des tribunes vides de la Beaujoire, en accélérant sans cesse, avant de retomber dans la lucarne d’Alban Lafont. Au terme d’une trajectoire assez hallucinante. Pris de court face à une telle inspiration, le gardien des Canaris n’a pas eu le temps de s’organiser pour enlever ce missile venu d’une autre planète.

"Il a une frappe de balle incroyable"

"On égalise d’une manière extraordinaire", savoure Christophe Pélissier, le coach lorientais. "Il a une frappe de balle incroyable, ça part à une vitesse hallucinante, appuie son gardien Matthieu Dreyer, qui a l’habitude de ces coups de canon dans le Morbihan. Ça fait des effets, la balle flotte, c’est ingérable. C’est super compliqué en tant que gardien. Même pour moi à l’entraînement. Alors qu’on n’a pas l’habitude… Il n’y a pas de recette miracle. On ne se rend peut-être pas compte en tribunes, mais la balle bouge tout le temps. C’est téléguidé. Des buts comme ça, on dit juste bravo."

Même les Nantais, pourtant frustrés par cette égalisation qui les laisse en position de relégables, saluent le chef d’œuvre. "Il faut croire qu’il travaille ça à l’entraînement, glisse Antoine Kombouaré, le coach du FCN. Tant mieux pour lui et Lorient. Alban (Lafont) est surpris. On se dit que ça va aller au-dessus de la barre. On peut toujours lui demander de tendre le bras et de sauter, mais c’est compliqué. Si mes souvenirs sont bons, celui qui frappait ce genre de coup franc à l’époque, c’était Juninho. On n’avait pas revu ça depuis." C’est vrai que le coup franc de Laurienté rappelle ceux de l’ancien métronome de l’OL, référence mondiale en la matière. Il y a aussi du CR7 dans sa façon de maltraiter le cuir. "On peut dire ça, mais j’appellerais plutôt ça une Laurienté", tranche Dreyer. D’autant que l’intéressé est un récidiviste.

Une grande première avec les Espoirs

Le 28 février, il avait déjà réussi un superbe coup franc contre Saint-Etienne, lors de la 27e journée (2-1). Un peu moins loin, mais tout aussi puissant. "On sait qu’il est dans une bonne dynamique en ce moment, il est relâché", confirme Pélissier. Le n°28 de Merlus (22 matchs, 3 buts, 3 passes décisives cette saison), l’avait déjà rappelé la semaine passée contre Nice (1-1), en s’offrant un rush supersonique pour servir Yoane Wissa. Avec un petit pont et un grand pont au passage. De quoi convaincre Sylvain Ripoll de l’appeler pour la première fois en équipe de France Espoirs afin de palier le forfait de Moussa Diaby, testé positif au Covid-19. Au meilleur moment.

Avec cette convocation, le natif de Gonesse (Val-d’Oise) va pouvoir disputer la première phase de l’Euro, qui débutera ce mercredi en Hongrie. Et voir sa cote grimper un peu plus. Jusqu’à donner des regrets au Stade Rennais? Après l’avoir récupéré à l’âge de 15 ans, le club d’Ille-et-Vilaine lui a offert son premier contrat professionnel en mai 2018. Mais sans lui faire vraiment confiance. Le droitier d’origine guadeloupéenne a été prêté à l’US Orléans en 2018 (seulement trois matchs de L2), puis l’été suivant à Lorient, avec qui il a terminé champion de Ligue 2 l’an passé. Avant d’être définitivement transféré au Moustoir en septembre dernier. Pour 3 millions d’euros.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport