RMC Sport

PSG : Blanc peut savourer sa réussite

Le PSG a décroché samedi son troisième titre consécutif de champion. En attendant un éventuel triplé historique avec la finale de la Coupe de France, le 30 mai face à Auxerre. Un sacre qui porte le sceau de Laurent Blanc, élu entraîneur de la saison ce dimanche aux trophées de l'UNFP.

C’est sans doute à Marrakech que la saison du PSG a basculé. Au pied des montagnes de l’Atlas, Laurent Blanc et ses joueurs ont rechargé les batteries fin décembre. Le temps d’un stage de quatre jours. Une escale dans la douceur du Maroc qui, d’un avis unanime, a resserré les rangs et permis de relancer la machine après quelques mois poussifs. Depuis cette parenthèse exotique, les partenaires de Thiago Silva ont largement élevé le niveau. Pour ne plus décevoir en 2015. Personne n’oubliera l’exploit de Stamford Bridge face au Chelsea de José Mourinho, en 8e de finale de la Ligue des champions. Et peu de gens leur en voudront d’avoir été surclassés au tour suivant par le Barça de Lionel Messi, Neymar et Luis Suarez.

Surtout qu’après l’élimination au Camp Nou, Paris a retrouvé un jeu spectaculaire et flamboyant pour décrocher sa deuxième Coupe de la Ligue d’affilée et son troisième titre consécutif. En attendant peut-être un triplé historique avec la finale de la Coupe de France face à Auxerre le 30 mai. De quoi placer Blanc dans un fauteuil molletonné à l’heure de faire le bilan. Après avoir été sur la sellette à l’automne dernier, le coach de 49 ans, sous contrat jusqu’en 2016, a convaincu les dirigeants qataris de le conserver. La tendance est d’ailleurs à son maintien cet été.

Matuidi : « Il a démontré qu’il savait gérer l’équipe »

« Paris veut continuer à s’améliorer, que ce soit l’entraîneur, les joueurs, le staff ou les dirigeants, résume l’ancien sélectionneur de l’équipe de France. J’espère qu’on y arrivera. J’ai beaucoup appris cette saison et j’apprends tout le temps d’ailleurs. Au plus haut niveau, il faut avoir une bonne analyse pour essayer de faire mieux. Tous les amoureux du PSG, et j’en fais partie, veulent aller encore plus haut. Cette année nous a donné des réflexions pour faire ce petit pas supplémentaire en Europe. Mais ça prendre peut-être du temps… » Un temps qui devrait donc être accordé à Blanc. Dans un futur proche en tout cas.

Il faut dire que l’ancien libéro des Bleus, élu entraîneur de l'année ce dimanche aux trophées UNFP, s’est construit un palmarès sympathique depuis son arrivée sur le banc de Bordeaux en 2010. Avec trois titres de champion, trois Coupes de la Ligue et quatre Trophées des champions, son CV a pris de l’épaisseur en cinq ans. Bien aidé par les moyens dont dispose le club de la capitale, mais avec une maîtrise et une sérénité assez remarquables. « Bien sûr qu’il a une grande responsabilité dans nos résultats, assure Blaise Matuidi. On a démontré tout au long de l’année qu’on était supérieurs dans le jeu et ça, c’est son travail. Il a démontré qu’il savait gérer l’équipe malgré la présence de nombreuses stars. Aujourd’hui, il va peut-être écrire l’histoire du PSG en tant qu’entraîneur. » Pour donner encore un peu plus de relief à sa success-story.