RMC Sport

PSG: Kean raconte à quel point l'équipe a "grandi" en éliminant le Bayern

Moise Kean renaît cette saison sous les couleurs du PSG, au sein d’un groupe où il fait bon vivre. L'attaquant italien est revenu dans la Gazzetta dello Sport sur la bonne santé de l’équipe, dont il estime qu’elle a passé un cap après l’élimination du Bayern Munich.

Au soir d’une courte défaite au Parc des Princes face à Lille (0-1), qui permettait aux Dogues de frapper un grand coup dans la course au titre, le Paris Saint-Germain faisait pâle figure. Trois semaines plus tard, le club de la capitale a balayé les nuages qui s’amoncellaient au-dessus du centre d’entraînement. Le PSG s’est brillamment qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions, en écartant le tenant du titre, le Bayern Munich. Irréprochable dans l’état d’esprit depuis le revers face aux Lillois, les Parisiens ont puisé dans leurs ressources physiques et mentales pour glaner un précieux succès (3-2) contre Saint-Etienne en Ligue 1, avant de marcher sur Angers (5-0) en Coupe de France. Quelque chose a changé, indubitablement.

"Après le match du Bayern, j'ai réalisé à quel point nous avions grandi, a ressenti Moise Kean (18 buts, toutes compétitions confondues), interrogé par la Gazzetta dello Sport. Je l'ai ressenti à la fois sur le terrain et dans les vestiaires. Nous avons beaucoup changé depuis le début de l'année. Maintenant, nous sommes en demi-finale, mais nous n'avons pas le sentiment d'avoir atteint la ligne d'arrivée. Tout est possible maintenant." Encore lice dans trois compétitions pour un quadruplé historique (en comptant le Trophée des champions), le PSG se déplace à Metz samedi, à quatre jours de sa demi-finale aller de C1, en ayant récupéré quasiment tous ses blessés, à l’exception de Marquinhos.

Kean: "Pochettino ? Il ne regarde pas l'âge, seulement les valeurs sur le terrain"

Surtout, le Paris Saint-Germain est porté par un Kylian Mbappé d’exception depuis près d’un mois, épaulé par le Brésilien Neymar qui, s’il est dans un état d’esprit de compétiteur, comme face au Bayern Munich, s’avère être un joueur remarquable, voire unique par son talent: "Ce sont les deux attaquants les plus forts qui existent, a estimé Moise Kean. Ils sont jeunes aussi, donc on est sur la même longueur d'onde. J'ai toujours rêvé d'arriver au sommet, de jouer à un haut niveau. Jouer avec eux est génial." Si la patte Pochettino n’est pas encore perceptible, même si on commence à en deviner les contours, le technicien argentin a su insuffler de la confiance à ses joueurs. Ce n'est pas un hasard si le PSG semble nager dans un océan de bien-être.

"C'est un très bon entraîneur. Il vous fait travailler dur mais il sait pourquoi, il essaie de donner confiance à tout le monde, a expliqué Moise Kean. Et c'est la chose la plus importante, du moins celle que je recherchais. Il ne regarde pas l'âge, seulement les valeurs sur le terrain. Et cela m'a beaucoup aidé à grandir." Avant un Lyon-Lille qui s’annonce crucial pour le titre à cinq journées de la fin du championnat de France, le Paris Saint-Germain est attendu ce samedi à Metz pour mettre la pression sur les Dogues. Quatre équipes se tiennent en trois points en tête de la Ligue 1.

Questionné sur son avenir dans cet entretien à la Gazzetta, et les rumeurs évoquant un retour à la Juve, Kean s'est montré très bref: "Je ne sais pas. On verra."

QM