RMC Sport

PSG-OL: les joueurs parisiens ont fêté la victoire avec les ultras… sans Messi

Remplacé par Mauricio Pochettino à un quart d’heure du terme de PSG-OL (2-1), Lionel Messi affichait une mine incrédule, dimanche. L’Argentin n’est pas allé célébrer avec les ultras la victoire parisienne comme la plupart des joueurs.

Les images de sa sortie du terrain ont largement fait parler. Visiblement frustré d’être remplacé par Mauricio Pochettino à un quart d’heure du terme de PSG-OL (2-1), voire déconcerté – tout comme Leandro Paredes et Rafinha –, Lionel Messi affichait une moue qui ne laissait que peu de doutes sur son mécontentement dimanche soir. Ou était-ce plutôt le fait de ne pas avoir pu encore ouvrir son compteur but avec sa nouvelle équipe, privé d’une délivrance par le poteau (37e)?

Toujours est-il que l’Argentin a regagné le banc de touche à contrecœur, et affiché peu d’entrain sur le but d’un succès arraché par Mauro Icardi dans les derniers instants de ce choc de la 6e journée Ligue 1. Même après la rencontre, la Pulga ne s’est pas mélangé à ses coéquipiers, partis fêter cette sixième victoire d’affilée en Championnat durement obtenue avec leur public. Neymar, Presnel Kimpembe, Marquinhos et autres Idrissa Gueye ont eux largement dansé et célébré face aux Ultras.

>> Revivez la victoire parisienne contre l'OL minute par minute

Messi n’avait pas vraiment la tête à ça

Mais pas de Lionel Messi au milieu de cette chaude ambiance, le sextuple Ballon d’or s’étant visiblement volatilisé vers les vestiaires du Parc des Princes, tout comme les autres joueurs remplacés durant la partie ou ceux pas entrés en cours de match. Même sur le but d’Icardi, alors que tout le Parc était en feu, comme ses partenaires de banc, l’ancien Barcelonais n’avait visiblement pas la tête à ça, se contentant de maigres applaudissements qu’on devine quasi forcés.

"Je pense que tout le monde sait qu’on a beaucoup de très bons joueurs, avec un effectif de 35 personnes. On doit faire des choix, dans le groupe puis dans le match, en pensant au meilleur pour l’équipe et pour chaque joueur. Parfois les décisions sont positives ou non, mais c’est pour ça qu’on est entraineur et debout à côté du banc de touche, pour prendre des décisions. Ça peut plaire ou non. Je lui ai demandé comment il allait, il m'a dit qu'il allait bien, sans problème", a tenté de désamorcer Pochettino en conférence de presse. On n’est pas obligés de le croire.

Romain Daveau Journaliste RMC Sport