RMC Sport

PSG-OM: Alvaro espère que les accusations de Neymar étaient un "malentendu"

Alvaro

Alvaro - ICON

Dans une interview publiée sur YouTube, Alvaro Gonzalez espère que les accusations de Neymar sont le fruit d'un "malentendu" et raconte avoir eu "peur" face aux menaces de mort reçues sur son téléphone. Des menaces qui ont aussi visé ses proches.

Après Hiroki Sakai, au tour d'Alvaro Gonzalez de prendre la parole. Deux jours après le verdict final de la commission de discipline sur les incidents de PSG-OM, le défenseur espagnol, qui n'a fait l'objet d'aucune sanction, s'interroge sur ce qui a poussé Neymar à l'accuser d'avoir tenu des propos racistes à son encontre.

"Je veux me dire, du moins j'espère que c'est ça, qu'il a mal compris certains mots à un moment durant lequel le match était compliqué", a-t-il déclaré dans une interview réalisée avec une journaliste espagnole et diffusée ce vendredi sur YouTube.

"C'était un match chaud de bout en bout, comme beaucoup de derbys ou clasicos. J'espère que c'était un malentendu, que ce n'était pas quelque chose d'un autre style", a ajouté Alvaro Gonzalez, qui était soupçonné d'avoir traité de "singe" le meneur de jeu brésilien du PSG.

>> Abonnez-vous à l'offre groupée RMC Sport + Téléfoot pour ne rien manquer des chocs de la Ligue 1

"Oui, j'ai eu peur"

Dans cet entretien, Alvaro Gonzalez a aussi évoqué les menaces de mort reçues avec des informations privées très détaillées. Il explique avoir pris connaissance de l'ampleur de la polémique à son retour à Marseille, après le match: "À partir de là, j'ai commencé à recevoir des messages WhatsApp sur mon téléphone. J'ai reçu plus de deux millions de WhatsApp (sic). Je n'avais jamais vu un tel chiffre sur le téléphone. Il y avait tout type de menaces, des messages dans d'autres langues."

"On m'a envoyé des messages avec des photos des voitures que nous utilisons et qui disaient qu'on allait venir chez moi pour me tuer", a ajouté Alvaro Gonzalez, rapportant aussi que ses parents ont aussi été visés par ces menaces. "Oui j'ai eu peur, parce que cela ne m'était jamais arrivé", admet l'Espagnol, soulagé d'avoir reçu le "soutien" du club.

JA