RMC Sport

PSG-OM: encore une vraie rivalité entre les deux clubs?

Le PSG reçoit l'OM, dimanche soir (21h) en clôture de la 11e journée de Ligue 1. Une nouvelle édition du "Classique" qui semble susciter beaucoup moins de passion depuis que le club de la capitale écrase le championnat grâce aux investissements qataris. Mais si plusieurs acteurs de cette affiche tendent à la normaliser, d'autres, notamment les supporters, ne sont pas vraiment de cet avis.

Le "Classique" est-il démodé? Compte tenu de l'écart immense de moyens entre le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille, qui s'est considérablement creusé depuis l'arrivée des Qataris à l'été 2011 dans le club de la capitale, le choc de dimanche soir (21h) en clôture de la 11e journée de Ligue 1 semble moins passionner les foules. Le temps des joutes verbales par médias interposés à plusieurs jours du coup d'envoi, des polémiques dans les vestiaires et des affrontements sur la pelouse est révolu. Pour plusieurs acteurs de cette affiche, celle-ci semble presque anecdotique et la rivalité, née au début des années 90 sous l'impulsion des dirigeants de l'époque, n'est plus aussi intense.

"Ce n'est pas un match qui compte trop pour moi", considère André Villas-Boas, affirmant même que ce rendez-vous servirait sans doute à préparer d'autres échéances bien plus importantes pour les Marseillais, qui restent par ailleurs sur 19 matchs sans victoire face au PSG.

"Au niveau comptable, c'est la même chose"

"La différence entre les deux équipes est maintenant abyssale, estime-t-il. On respecte l’emblème, le logo. Mais le plus important pour moi est de sortir de là sans blessure ni suspension et de bien préparer les matchs contre Monaco". Un propos que le Portugais n'aurait peut-être pas tenu s'il estimait qu'une victoire était impérative en raison de la rivalité entre les deux clubs. Il n'est pas le seul sur cette ligne, à Marseille. Le capitaine Steve Mandanda abonde: "Au niveau comptable, c'est la même chose que n'importe quel autre match dans ce championnat".

Ce n'est pourtant pas si clair pour les supporters, chez qui l'antagonisme ne semble pas s'être évaporé au fil des années. Cela se voit dans les deux camps, en particulier sur les réseaux sociaux. "Le problème c'est que nous, en tant que Marseillais, c'est un match qui nous tient vraiment à coeur. On est passionné de ça, on vit l'OM", relève Bengous, notoire YouTubeur, au micro de RMC Sport. Un autre fan insiste: "J'aimerais que les joueurs le vivent comme un guerrier, ce match".

Tuchel et Kimpembe montent au front

Seulement, les joueurs ne sont pas les plus loquaces sur le sujet. Désormais, ils sont peu à entretenir la rivalité. Le défenseur parisien Presnel Kimpembe s'est néanmoins démarqué du lot, avec cette remarque aussi bien honnête qu'assassine dans les colonnes du Parisien: "Je ne connais pas du tout Marseille et je n'y mettrai jamais les pieds. Cela ne m'intéresse pas du tout et ça ne m'intéressera jamais". Le milieu de terrain marseillais Valentin Rongier, qui s'est récemment exprimé en des termes similaires à ceux de Steve Mandanda, a tout de même déclaré devant les caméras de Canal+: "On m'a dit qu'il y avait des matchs à ne pas rater: celui contre le PSG et celui contre Lyon".

Finalement, le meilleur défenseur du Classique, parmi ses acteurs, semble être Thomas Tuchel. En désaccord avec son homologue marseillais, l'entraîneur allemand a bien fait savoir qu'il ne prenait pas cette rencontre à la légère: "On attend une atmosphère spéciale ce dimanche. C’est comme un match de Ligue des champions ou une finale de Coupe de France. Cette rencontre possède une grande histoire en France. C’est nécessaire pour nous de respecter cette histoire. On a beaucoup de respect pour nos supporters. C'est un match spécial, on le sent, c'est clair". L'ambiance au Parc des Princes le confirmera sans doute.

JA