RMC Sport

PSG-OM: Sakai nie avoir été visé par des propos racistes de Neymar

"Personne ne m'a rien dit de discriminatoire", a affirmé Hiroki Sakai, à propos des incidents liés au match PSG-OM, au cours duquel Neymar était suspecté d'avoir tenu des propos racistes contre lui. Une déclaration qui survient au lendemain du verdict de la commission de discipline, qui n'a sanctionné personne.

Un nouveau rebondissement dans l'affaire des incidents du match PSG-OM... au lendemain du verdict final de la commission de discipline. Dans un message publié ce jeudi sur son compte Instagram, Hiroki Sakai se dit satisfait de l'absence de sanctions contre Neymar et Alvaro Gonzalez, tous deux accusés d'avoir tenus des propos discriminatoires. Mais le latéral japonais de l'OM assure aussi ne pas avoir été victime d'une quelconque discrimination, alors le meneur de jeu star du PSG était soupçonné de l'avoir traité de "Chinois de merde".

"Nous avons juste eu un petit accrochage"

"Les deux dernières semaines ont été difficiles, mais je suis content d'entendre que les deux joueurs en question n'ont pas été punis. Personne ne m'a rien dit de discriminatoire. Nous avons juste eu un petit accrochage dans un match qui s'est soudainement emballé", a écrit Hiroki Sakai.

>> Abonnez-vous à l'offre groupée RMC Sport + Téléfoot pour ne rien manquer des chocs de la Ligue 1

"Maintenant tout est fini, la seule chose importante est que Marseille a gagné le match. Pour la prochaine fois, je ferai à nouveau de mon mieux pour vous offrir un passionnant OM-PSG!", a conclu l'international nippon.

Des images et une lecture labiale

À la veille de la séance tant attendue de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), la Cadena SER avait dévoilé une lecture labiale supposant que Neymar avait discriminé Hiroki Sakai. Ces révélations survenaient une semaine après de premiers soupçons rapportés par une autre radio espagnole. Une source proche du club phocéen avait alors assuré à l'AFP que l'OM disposait d'images probantes de la scène en question.

Comme le rapportait RMC Sport, l'Olympique de Marseille avait l'intention de se servir de cet extrait vidéo concernant Hiroki Sakai pour appuyer la défense d'Alvaro Gonzalez, en démontrant qu'il est impossible de se fier uniquement à des lectures labiales. Un avis finalement partagé par la commission de discipline qui, sans jamais évoquer le cas du latéral japonais, a expliqué qu'une telle expertise ne pouvait être fiable qu'à 30%.

dossier :

Neymar

JA