RMC Sport

Riolo : "Du 0-0 à gogo, c’est la L1…"

-

- - RMC Sport

Retour sur le début de la 16e journée de Ligue 1, marqué par trois premiers matches sans le moindre but.

Ce match à Angers sentait la Coupe de France. Le genre d’adversaire que le PSG n’avait pas affronté depuis longtemps en L1. La mode étant désormais à la résignation, le PSG avait oublié qu’on pouvait lui rentrer dedans et défendre avec envie. Un jeu limité, mais une détermination au taquet pour compenser. Le SCO a donc fait ce que faisaient beaucoup d’adversaires au début de l’ère QSI.

Une journée en semaine, un calendrier chargé : le contexte n’était pas trop favorable à ce PSG. On l’a vite compris. Un peu de nonchalance, une équipe mal ajustée, des erreurs techniques, il y a de la place pour qu’Angers résiste sans céder trop vite. Le SCO recule de plus en plus au fil du match et les occasions manquées du PSG (deux poteaux) encouragent le « petit » à y croire. Le courage contre un talent en panne. Di Maria touche beaucoup de ballons, mais fait peu. Lucas évolue à son niveau habituel. Cavani est brouillon.

A l’approche de la surface et face à ce bloc bas, le PSG ne trouve pas la solution. Le 0-0, Angers s’y accroche de toutes ses forces. Il y a même deux belles balles de contre, le rêve angevin. En première période, puis en fin de match. Mais à chaque fois, c’est très mal exploité. Pour Angers, ce 0-0 est un bel exploit. La récompense de l’effort mais surtout de la volonté de ne pas baisser la tête comme trop d’adversaires en L1. Pour le PSG, c’est anecdotique. Le match est déjà oublié.

A la Beaujoire, on était comme des médecins au-dessus du malade. Dans cette période médiocre, comment les Lyonnais allaient-ils se comporter ? Les Nantais allaient-ils profiter de la situation pour prendre à la gorge le souffrant ? L’équipe de l’OL est remaniée. La charnière Koné-Morel fout les jetons. Et je dois avouer que je croyais Koné parti. Une pensée idiote de ma part car après tout, qui en aurait voulu ? Je me demande quel a été le discours de Der Zakarian avant le match ? J’ai l’impression que ça a du donné un truc dans le genre : « Attention, la bête est blessée, ne vous livrez pas trop ».

J’aurais préféré que Nantes saute à la gorge de son adversaire, mais c’est loin d’être le cas. Sans réellement dominer, l’OL s’installe dans le match. Nantes évolue en contre et met beaucoup de temps à se lâcher. Le match s’équilibre et devient plus agréable à suivre. L’ensemble reste toutefois imprécis et faible techniquement. Le 0-0 se profile, le troisième en trois matches de L1 ce mardi. Déprimant.

Angers-PSG, Lorient-Nice, Nantes-OL : 0-0. Merci pour la soirée messieurs…

Daniel Riolo Journaliste