RMC Sport

Riolo : "Le PSG et l’OM sombrent..."

-

- - -

Retour sur les défaites du PSG et de l’OM dans la J20 de Ligue 1…

Le PSG continue donc de couler. Ce club qui dispose d’un budget énorme a dans le même temps une politique sportive qui ne vaut plus rien. Je ne vais pas revenir sur le rôle et les erreurs du Président. Elles ont conduit aujourd’hui le PSG à débuter l’année 2015 par une question : Et si Paris n’était pas qualifié directement en Ligue des champions la saison prochaine ? La question est-elle si absurde ? Le coach n’existe plus, les joueurs cadres livrent des prestations affligeantes. Voir Thiago Silva, David Luiz, Ibra, Matuidi si mauvais, ça dépasse l’entendement. Si on ajoute les disparitions de Motta, Cavani et Lavezzi, cela veut dire que le PSG doit s’en sortir avec les autres : Lucas, Rabiot, Cabaye, Bahebeck, Chantôme. Ce PSG a la tête à l’envers. Plus de jeu, plus d’esprit, plus rien. Mener 2/0 chez le 19e du classement et perdre 4/2, c’est une claque monumentale. Un moment qui fera date dans l’histoire du PSG version QSI. Une équipe bastiaise pourtant faible techniquement et tactiquement s’en est admirablement sortie en jouant un match plein d’envie et de détermination.

Alors quelles seront les conséquences d’une telle débâcle ? Un nouveau coach ? Mais qui ? A ce stade de la déroute, et puisqu’Ibra fait et décide tout, qu’il est le relais du Président, il n’a qu’à devenir entraîneur/joueur. Après tout, au PSG le ridicule ne semble pas tuer…

Pourtant avant la rencontre, c’est la première place qui était visée puisque l’OM avait perdu. La période est clairement compliquée pour l’équipe de Bielsa. En ce moment, il n’y a que l’idée, le concept qui est là, mais l’application de la méthode a disparu. J’entends dire que c’est derrière que ça pêche. Je ne suis pas d’accord et comme Bielsa, je crois que le souci est devant. Le pressing est moins bon, la justesse technique fait défaut. L’OM est parfois capable d’arriver très vite devant la surface adverse, mais il n’y a ensuite plus rien. Ni les passes, ni les décalages nécessaires. Le collectif, excellent, masquait les carences individuelles, mais ce n’est plus le cas. Et ceux qui étaient bons coulent. Payet n’éclaire plus le jeu, Gignac ne voit plus un ballon, Thauvin joue seul et mal.

Et puis, il y a l’adversaire. Montpellier a fait un très gros match. Un pressing constant du début à la fin. Le jeu de l’OM est compris désormais. L’OM est attendu. Montpellier ne fera pas chaque semaine un aussi bon match, mais face au leader, la motivation est différente. L’OM doit aussi gérer ce changement de statut. Et se dire que réussir une très belle première partie de saison n’offre aucune garantie pour la suite. Bielsa est un radical et évidemment il ne changera rien à ses idées. Il doit néanmoins constater que son OM aura du mal à gagner en comptant sur des gamins ou des « leaders » pas au top. En première partie de saison, on a vu : Mendy et Djadjedje bons. Gignac en feu, Payet régulier, Imbula essentiel. C’était une sorte de révolution. Un surrégime aussi. Maintenir son groupe en état de rester en haut du classement, la mission a changé. Monter c’est bien, rester en haut, c’est encore plus dur.

A la mi-temps du match Bastia/PSG, Modesto gonflé par le retour à 2/2 a dit une chose simple et juste. En substance, il a déclaré qu’évidemment le PSG était plus fort, mais qu’il n’avait qu’à le montrer car sinon eux seraient là pour prendre ce qu’il y aurait à prendre. Qu’ils feraient le maximum pour ça. L’OM et surtout le PSG sont loin de ce maximum en ce moment. Et oseille ou pas, bons joueurs ou pas, talent ou pas, en sport quand on ne fait pas ce qu’il faut, la porte revient toujours dans la gueule…

Daniel Riolo