RMC Sport

Saint-Etienne-Angers: un nul au goût de victoire pour les Verts après une soirée très tendue

Saint-Etienne arraché le point du nul contre Angers (2-2) ce vendredi en ouverture de la 11e journée de Ligue 1. Toujours derniers du classement, les Verts ont également eu à gérer de sérieux incidents avec leurs supporters malgré un début de révolte des joueurs sur le terrain.

Il faut parfois toucher le fond pour mieux revenir à la surface. Malgré la crise avec les supporters et de nombreux incidents dans l’avant-match, l’équipe de Saint-Etienne a montré un meilleur visage ce vendredi contre Angers. Certes, cela n’a pas suffi à l'emporter face au SCO mais c'est porteur d'espoir (2-2).

>> Saint Etienne-Angers en direct

Mais l’état d’esprit affiché par les partenaires de Wahbi Khazri a confirmé que le groupe n’avait pas totalement lâché son entraîneur Claude Puel. Les nombreux "Puel démission" scandés par les ultras avant le coup d’envoi n’ont semble-t-il pas altéré le lien entre le technicien et son groupe.

"On revient de loin. On a essayé de ne pas lâcher et le public nous a encouragé en fin de match, a expliqué Mahdi Camara au micro d'Amazon. On ne va pas dire que l’on est satisfait car il nous faut des points. […] on doit continuer à pendre des points face à Metz. On est 20e et conscients de la situation."

Un début de match cauchemardesque pour les Verts

Avec une heure de retard, la faute à l’usage et au jets de nombreux fumigènes dans les virages de Geoffrey Guichard, ce match d’ouverture de la onzième journée de Ligue 1 a bien failli ne jamais débuter. Les filets des deux buts rafistolés en urgence, et contre l’avis de la Ligue 1, le duel a finalement abouti à une rencontre correcte, sans plus, entre Verts et Angevins.

Volontaires mais en manque d’efficacité offensive, les Stéphanois se sont fait punir sur un coup-franc du SCO. Sur un joli service de Sofiane Boufal, Ismaël Traoré a trompé Stefan Bajic de la tête (0-1, 27e). De quoi confirmer que les protégés de Gérald Baticle sont passé maîtres dans l’art du coup-de-pied-arrêté avec une septième réalisation cette saison.

A cet instant du match, les officiels ont dû avoir peur de nouveaux débordements avec les fans. Mais rien, si ce n’est un silence glacial dans les tribunes.

"Dans la situation dans laquelle on est, il faut faire face. Il faut donner le maximum, a réagi Ryad Boudebouz dès la mi-temps. […] Il faut en faire plus pour le public. Ils galèrent pour venir au stade, j’ai envie d’en faire plus. J’ai envie de me battre pour eux."

Khazri sonne la révolte, Nadé à l'arrachée

Avec un but de retard, les Verts se sont donc rués en attaque au retour des vestiaires. Une nouvelle fois sans la moindre efficacité. Et sur un nouveau contre angevin, Angelo Fulgini a doublé la mise (0-2, 55e). Là encore, on a pu craindre des incidents avec les fans locaux. Si quelques fumigènes ont été allumés et jetés sur la pelouse, la situation n’a pas dégénéré outre mesure. Et c'est tant mieux pour Saint-Etienne.

Avec de nouveaux problèmes au bord du terrain, le public aurait été privé du superbe coup-franc direct réussi par Wahbi Khazri. A l’entrée de la surface, le Tunisien a déposé un magnifique enroulé dans la lucarne d’un Paul Bernadoni cloué sur place (1-2, 60e). Après une nette domination sur la fin de match, l’ASSE a bien cru manquer l'égalisation aus une dernière tentative sur corner a permis à Mickaël Nadé d'égaliser et d'arracher un point au goût de victoire (2-2, 93e).

Angers enrage encore contre l'arbitrage

Toujours dernier de la Ligue 1 et toujours dans l’attente d’une première victoire, les Verts sont passés à deux doigts du pire ce vendredi. Mais la fin de match contre Angers peut leur donner de l'espoir pour la suite de la saison.

Une semaine après sa défaite frustrante au Parc des Princes face au PSG (2-1), le SCO va encore se sentir floué par l'arbitrage contre l'ASSE. L'égalisation stéphanoise aurait pu être refusée pour une légère poussette de Mickaël Nadé. Après intervention du VAR, les officiels en ont décidé autrement.

"Il y a quatre hors-jeu sur le mouvement, pas sifflés. Je ne sais pas ce qu'il faut, c'est toutes les semaines, a pesté Thomas Mangani pour Amazon. On ne peut pas parler, je prends un jaune, on ne peut rien dire. On va essayer de se remobiliser, de continuer. On prend un point, c'est déjà une bonne chose."

JGL