RMC Sport

Toulouse-OM: Mitroglou libère et relance Marseille

Grâce à un coaching payant de Rudi Garcia, avec l’entrée en jeu gagnante de Mitroglou, l’OM s’est extirpé du piège toulousain, ce dimanche en clôture de la 29e journée de Ligue 1 (1-2). Les Marseillais recevront l’Olympique Lyonnais dans une semaine avec cinq points d’avance pour la "finale" pour le dernier accessit en Ligue des champions.

Mitroglou, un but qui va compter

Longtemps, l’OM a semblé prendre le chemin d’un match nul qui n’allait pas faire ses affaires, après les succès de Monaco à Strasbourg (1-3) et de Lyon devant Caen (1-0). En cas de partage des points sur la pelouse du Stadium face à Toulouse, les joueurs de Rudi Garcia voyaient l’OL revenir à deux points avant l’Olimpico de dimanche prochain et allaient voir l’ASM les décrocher en vue de la 2e place et d’un strapontin direct pour la phase de poules de la Ligue des champions. Privé de Thauvin, préservé après avoir reçu un coup en Ligue Europa contre l’Athletic Bilbao (3-1), mais avec un Ocampos toujours aussi combatif, Marseille a rapidement ouvert le score avant de ronronner, la faute à un milieu peu conquérant (Sanson sans influence notamment).

Du moins jusqu’à la 79e minute de jeu (2-1). A peine 35 secondes après son entrée, Kostas Mitroglou était à la conclusion parfaite d’un relais avec Dimitri Payet (entrée à la 71e). Ce but ne pourra avoir que des effets positifs sur le Grec, parfait dans sa finition et qui aurait pu aggraver la marque encore en toute fin de partie, en reprenant de la tête sur le poteau une frappe de Bouna Sarr renvoyée par la barre d’Alban Lafont (90+1e). Il donnera raison à Garcia, auteur d’un coaching gagnant avec un Payet immédiatement percutant. En même temps, l’international français n’a pas eu besoin de trop forcer pour faire oublier la prestation fantomatique de Sanson dimanche soir…

Mandanda, un show qui masque la forêt

Si l’OM a fini par décrocher un succès important à Toulouse et à relancer la machine en championnat, c’est aux gants de Steve Mandanda qu’il le doit. Le gardien de but international olympien a fait le job et brillamment, multipliant les parades devant Sanogo (47e), Gradel (62e) et Imbula (63e). Autant d’interventions qui confirment la forme internationale de l’intéressé, pas anodine à quatre jours de l’annonce de la prochaine liste de Didier Deschamps pour les matches amicaux contre la Colombie et la Russie.

Mais le show du portier marseillais peut se lire différemment: face à une opposition censée inférieure, la défense de l’OM s’est retrouvée constamment exposée et en souffrance. En clair, sans son gardien, Marseille aurait très bien pu quitter le Stadium avec des regrets plein les chaussettes. Finalement, après deux matches sans victoire, la formation phocéenne a repris sa marche en avant et reste toujours, avec 4 points de retard, en position de chasseur derrière l'AS Monaco. Merci Steve.

L’épaule de Jullien, le TFC n’en avait pas besoin

Toulouse pourra s’en vouloir: ce dimanche, sur sa pelouse, le 17e de Ligue 1 a eu les armes pour faire plier l’OM mais n’a pas su les utiliser avec efficacité, autant par la faute de Mandanda, que par l’imprécision de ses attaquants, malheureux aussi à l’image d’une frappe sur la barre transversale de Sanogo (33e). Mais les hommes de Michaël Debève, plutôt entreprenants, ont manqué de réalisme, de justesse pour endiguer leur vilaine série du moment, désormais de cinq matches sans victoire en Ligue 1 et ce malgré le match solide d’Alban Lafont dans le but.

Pis, les Violets ont perdu sur blessure leur défenseur central Christopher Jullien, touché à l’épaule. Forcément un coup dur, en cas de blessure grave, pour le TFC, qui flotte juste au-dessus de la zone rouge et du barragiste Troyes (18e). Et un coup dur immédiat: le but vainqueur de Mitroglou intervient presque 20 minutes après sa sortie sur blessure.

A.D