RMC Sport

Ligue 2 : Lens, entre attente et espoir

-

- - -

Désormais entraîné par Antoine Kombouaré, le RC Lens, qui débute sa saison ce dimanche à Bollaert face au CA Bastia (20h45), doit assumer son rôle de grand favori pour la montée. Pas si évident que ça…

Le RC Lens n’a plus le choix. Après trois saisons en Ligue 2, le club nordiste s’est armé pour remonter dans l’élite. Et il n’a pas fait les choses à moitié. Pour atteindre cet objectif et éviter une nouvelle désillusion (12e la saison dernière), les Sang & Or ont fait table rase du passé. Enfin presque puisque Gervais Martel est de retour aux commandes, avec le soutien de l’homme d’affaires azéri Hafiz Mammadov. L’emblématique président compte sur la poigne d’Antoine Kombouaré pour faire de son équipe une machine à gagner. Avec le plus gros budget de Ligue 2 (22 M€), Lens pourra aussi s’appuyer sur un recrutement séduisant mêlant jeunes joueurs prometteurs (l’ex-gardien du PSG Alphonse Aréola, champion du monde des -20 ans) et cadres expérimentés (Danijel Ljuboja, Ahmed Kantari).

Avec un effectif au-dessus du lot, les troupes d’Antoine Kombouaré doivent désormais assumer la pression inhérente au statut de grand favori du championnat. Pas évident pour Ahmed Kantari. « La Ligue 2, c’est assez compliqué, tempère l’ancien défenseur brestois. Ce statut est trompeur. D’une part parce qu’on a encore des automatismes à trouver. Et d’autre part parce que la L2 est un championnat très serré, en haut comme en bas. Il va donc falloir s’armer de beaucoup de patience. »

Kantari : « Lens mérite d’être au-dessus »

Antoine Kombouaré, lui aussi chasse, la pression. « Il y a ce que disent ou pensent les gens et ce que nous, on a envie de faire, appuie l’ex-coach du PSG. Aujourd’hui, on a envie d’aller en haut, de faire partie des trois premiers. Le dire est une chose mais il faut surtout des actes. J’ai envie de relever ce challenge difficile. Mais c’est vrai qu’il y a de l’espoir. » A l’image de ce qu’avait instauré Rudi Garcia à Lille avec le « Conseil des sages », le Kanak a nommé « six joueurs relais » (Le Moigne, capitaine, Yahia, Kantari, R. Riou, Ljuboja et Baal) pour faire le lien avec le staff.

Si le RC Lens semble plus solide à l’heure de défier le promu corse, le CA Bastia, ce dimanche soir à Bollaert (20h45), pas question de faire une croix sur ce qui a fait la force du club nordiste. Nouveau venu, Ahmed Kantari, a très vite intégré la spécificité lensoise. « En voyant les installations, le stade, le public, l’engouement et le personnel très compétent, j’ai compris en 24 heures qu’il y a vraiment une famille RC Lens. C’est un club de très haut niveau qui mérite d’être au-dessus. » Place aux actes.

A lire aussi :

Nancy tenu en échec par Auxerre

Lens : Areola dans le grand bain

Toute l’actu de la Ligue 2

Aurélien Brossier avec Jérôme Sillon