RMC Sport

Bruges-PSG: les débuts très décevants de Wijnaldum avec Paris

Depuis son arrivée au PSG, Georginio Wijnaldum enchaîne les sorties sans relief. Loin de ses performances avec Liverpool ou les Pays-Bas, le milieu de terrain se montre étonnamment frileux sur le terrain. Sa première mi-temps à Bruges, mercredi en Ligue des champions (1-1), a confirmé ses difficultés actuelles.

Il a été l'un des symboles du piètre début de match du PSG à Bruges. Après une première mi-temps passée à jouer à l’envers, Georginio Wijnaldum a regardé la seconde sur le banc (comme Leandro Paredes) mercredi en Ligue des champions (1-1). Mauricio Pochettino a choisi de le sortir dès la pause, expliquant qu'il souffrait de la cheville depuis son retour de sélection. Un remplacement qui n'a pas vraiment pénalisé son équipe, vu le niveau affiché par le milieu de terrain néerlandais sur la pelouse du stade Jan-Breydel.

Positionné en relayeur, l’ancien joueur de Liverpool n’a quasiment rien réussi d’intéressant. Pire, il n’a même pas vraiment tenté. Au cœur d’un Paris ronronnant, le capitaine des Pays-Bas (81 sélections, 26 buts) a livré une partition sans relief. A l’image de son début d’aventure parisienne.

Des performances trop moyennes

Recruté le 1er juillet, Wijnaldum a ouvert le bal d’un mercato de folie. En le récupérant sans indemnité de transfert, le PSG a réalisé un joli coup, d’autant qu’il semblait proche de s’engager avec le FC Barcelone. Mais la plus-value ne se fait pas sentir pour le moment. Dans un secteur en mal de talent et de stabilité ces dernières années, le natif de Rotterdam ne fait pas mieux que les autres depuis le début de saison.

Après une entrée en jeu plutôt remarquée lors du Trophée des champions face à Lille, début août à Tel-Aviv (0-1), il a enchaîné quatre titularisations assez moyennes en Ligue 1, contre Troyes (1-2), Strasbourg (4-2), Brest (2-4) et Reims (0-2). Avant d’être laissé sur le banc contre Clermont le week-end dernier (4-0) et de sortir à la pause à Bruges. Sans jamais se montrer décisif (aucun but, ni passe décisive).

Un jeu sans prise de risque

Après cinq saisons couronnées de succès chez les Reds (237 matchs, 22 buts, 16 passes), où il a notamment remporté la Ligue des champions et la Premier League, Wijnaldum est censé apporter de l’impact, du volume et des projections au milieu de terrain du PSG. Mais jusqu’ici, il se contente de passes faciles et souvent peu utiles. Sans prise de risque.

>> Abonnez-vous pour regarder la Ligue des champions avec le pack Sport RMC Sport + beIN Sports

Alors qu’il s’est régulièrement montré décisif sous les ordres de Jürgen Klopp, qui en avait fait l’un de ses hommes de base, le Néerlandais semble bridé sous le maillot rouge et bleu. Pourtant doté d’une belle qualité de frappe, il ne prend pas sa chance aux abords la surface. Et à force de se contenter d’un style neutre, il en vient à rater des choses simples pour un joueur de sa trempe.

Un frein à main à desserrer

Paris attend logiquement plus de lui. Beaucoup plus que ce qu'il a montré au nord-ouest de la Belgique. S’il veut s’imposer dans la capitale, Wijnaldum (sous contrat jusqu’en 2024) va devoir se lâcher et proposer autre chose, surtout lorsqu’il a le ballon dans les pieds. Il en a largement les moyens. Reste à le démontrer désormais. Sans trop attendre, si possible.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport