RMC Sport

Daniel Riolo: "Un PSG haut de gamme"

Le PSG s'est imposé avec brio sur le terrain du FC Barcelone lors du huitième de finale aller de Ligue des champions. Analyse.

Vous vous souvenez quand en septembre 2014 au terme du deuxième match de poule de Ligue des champions, le PSG avait battu le Barça 3-2? Dans la foulée, plein d’émotions, le jeune président du PSG Nasser Al-Khelaïfi avait lâché qu’il venait d’assister à la plus belle victoire de l’histoire du PSG. Beaucoup de médias avaient aussi gonflé la performance des Parisiens. Une grosse erreur bien sûr. 

Depuis, Paris a disputé d’autres "plus grands matchs" de son histoire: Le PSG-Barça 4-0, le Manchester united-PSG 0-2… Face à l’émotion, on dit souvent n’importe quoi. Comme un "je t’aime pour la vie" après un baiser sur une plage dans un été d’ado. A chaque fois, le cœur s’est fendu en deux. 

Il ne s’agit en aucun cas de minorer la magnifique prestation du PSG au Camp Nou. Ce 4-1 est extraordinaire. Mais c’est un match aller. Et il ne prendra sa pleine valeur que dans trois semaines quand Paris sera en quart de finale. 

L’expérience montre qu’avec le PSG il faut rester calme.

Et c’est avec un calme assez étonnant que Pochettino juste avant la rencontre a déclaré que le PSG venait à Barcelone pour gagner. Pardon? Après les matches insipides des dernières semaines, le PSG va briller au Camp Nou? Il a fait mieux que ça. Il a lâché un formidable feu d’artifice.

Verratti a livré une première période de très haut niveau

4-3-3, 4-2-3-1? Peu importe, c’est la position de Verratti qui compte. On commence par mon "chouchou"? Allez, il a livré une première période de très haut niveau. Il a lâché une passe clef à Mbappé pour le premier but. Sa deuxième seulement en 27 matches de Ligue des champions. Un hasard que ça vienne au moment où Pochettino fait tout pour le placer plus haut? Sa position de 8 trop bas, de 6 et demi, ne m’a jamais plu. La technique exprimée à 30 mètres de son but, c’est agréable mais pas déterminant. Il faut aller vite, transmettre vite. Le jeu de possession attentiste et de contrôle n’est plus tendance. Il n’est désormais pas vraiment 10, mais plus du tout 6. Un 8 et demi forcé de jouer plus vite et plus juste. Souvenons nous qu’Emery voulait aussi faire ça. Le groupe, et lui, avait rejeté l’idée. Pochettino semble vouloir l’imposer. Reste maintenant à comprendre ce qu’il se passera quand Neymar et Di Maria seront dispo.

Et pour le temps de jeu? Verratti est sorti à la 70e minute, diminué. Son influence déclinait depuis quelques minutes déjà. Est-ce grave? ça dépend de la tournure du match. Le joueur qui le remplace aura difficilement son profil. Maintenant le nouveau règlement avec les 5 changements peu donner plus d’amplitude au choix tactique. Assumer de l’avoir au top 60 minutes et le sortir, pourquoi pas? A 28 ans, il est temps, quoi qu’il en soit, qu’il devienne l’homme indispensable qu’il devrait être depuis longtemps. 

Mbappé a enfin fait ce qu'il fait de mieux

Autour de lui, tous les autres ont livré un match énorme. Mbappé, éblouissant, a enfin fait ce qu’il fait de mieux. Attaquant gauche, entre le latéral droit et le central, c’est son domaine. Un jeu simple, sans "chichis" inutiles. Mbappé doit exploiter ses forces et ne peut essayer de s’en inventer d’autres.

Au milieu, Paredes s’est définitivement imposé. Beaucoup décrié, critiqué quand il est arrivé, son éclosion a tardé. La confiance de Pochettino lui fait du bien. Le jeu, c’est très souvent lui qui l’organise. Il joue là où était Verratti avant, mais lui joue plus "direct".

Le travail, la mentalité positive de Kean, et la classe absolue de Marquinhos doivent être également soulignés. Même Kurzawa semble transformé depuis Pochettino!

Le PSG a donc affiché un visage qu’on avait pas vu depuis… Dortmund? Leipzig? Peu importe après tout. Ce qui compte c’est maintenant de valider ce gros match et d’avancer dans la compétition. Avec de la personnalité, du caractère (éléments qui ont trop souvent manquer au club), ce PSG peut battre tout le monde.

Après la joie, Pochettino va maintenant se choper un bon mal de crâne. Tous ces choix ont été bons avant et pendant le match. Mais intégrer Neymar, Di Maria ne sera pas simple. Il paraît que ça s’appelle un "choix de riches" et que c’est bien. J’ai jamais compris cette expression et je maintiens que ça sera compliqué de répondre aux questions: Mbappé et Neymar ensemble? Verratti avec Paredes au milieu? Il reste un peu de temps pour répondre à tout ça avant le quart de finale. Heu pardon le huitième retour. Il faut rester calme, c’est vrai!

Daniel Riolo Journaliste RMC Sport