RMC Sport

Dortmund-Real: pourquoi les Madrilènes ont tout à craindre de ce nouveau Borussia

Poussif en Liga, le Real retrouve la Ligue des champions ce mardi avec un déplacement compliqué dans la Ruhr face au Borussia. Si le champion d’Europe piétine, les Allemands réalisent de leur côté un début de saison historique. Et le BVB réussit assez peu au Real Madrid depuis quelques saisons.

Il y a moins de quatre mois, le Real Madrid était au sommet: après le titre de champion d’Espagne (le premier depuis 2012), il remportait sa seconde Ligue des champions consécutive, la 3e en quatre ans. Difficile d’imaginer, à ce moment-là, que l’équipe madrilène se montrerait à ce point boiteuse en ce début de saison 2017-2018.

Le Borussia écrase presque tout en ce moment

Et pourtant, le Real est bien fiévreux. Sa victoire contre la modeste équipe de l’Apoel Nicosie (3-0) pour son entrée en Ligue des champions ne suffit pas à masquer l’impression mitigée de ces dernières semaines. En championnat, les Merengue affichent un bilan décevant avec deux nuls et un revers sur les six premières journées. Ils ne sont que 6e, à 7 points déjà du leader Barcelone. Pendant ce temps-là, le Borussia Dortmund, l’adversaire du jour en C1, plane sur la Bundesliga.

Le BVB est même sur un nuage. Il réalise un début de saison de feu avec des chiffres impressionnants. Le leader a déjà marqué 19 buts contre un seul encaissé ; aucun club n’a fait mieux, dans l’histoire de la Bundesliga, sur les six premières journées. Andriy Yarmolenko (1 but et 3 passes décisives en 4 rencontres) a déjà fait oublier Ousmane Dembélé. "C'est incroyable, à quelle vitesse il est déjà devenu un joueur qui fait la différence pour nous", confie le directeur sportif Michael Zorc.

Samedi, Dortmund corrigeait Mönchengladbach (6-1) avec un triplé de Pierre-Emerick Aubameyang, tandis que le Real Madrid gagnait péniblement à Alavés (1-2). Seules ombres au tableau pour le Borussia: les absences prolongées de Marco Reus (ligaments croisés) et d’André Schürrle (cuisse), et le revers inaugural en Ligue des champions en Angleterre contre Tottenham (3-1).

Dortmund, l'épouvantail de Madrid

La forme du moment penche donc en faveur des Allemands. Le passif du Real Madrid contre le Borussia Dortmund incite également à la prudence dans le camp espagnol. "C’est difficile de jouer ici", a sobrement confié Zinedine Zidane en conférence de presse. L’entraîneur madrilène sait que le Real a du mal face au BVB ces dernières années. Son club reste sur trois nuls et trois défaites dans la Ruhr. Il y a moins d’un an, les équipes étaient déjà dans la même poule en Ligue des champions, et elles s’étaient séparées à chaque fois sur un score nul (2-2).

Au Signal Iduna Park, on se souvient encore de cette demi-finale aller de la C1 2013 et de cette victoire d’anthologie (4-1) grâce à un quadruplé de Robert Lewandowski. L’année suivante, en quarts, le BVB avait fait trembler le Real Madrid en s’imposant 2-0 à domicile au retour (défaite 0-3 à l’aller à Bernabeu). Cristiano Ronaldo, lui, brille face aux équipes allemandes (1,15 but/match, 23 buts en 20 matches avec le Real) mais fait preuve d'une efficacité plus nuancée face au BVB (0,57 but/match, 4 buts en 7 matches, dont 3 au Signal Iduna Park).

Quelques jours après avoir vu s’interrompre sa série de matches avec au moins un but marqué, le champion d’Europe redoute d’en voir une autre prendre fin. Cela fait cinq ans, soit 28 matches, que le Real Madrid n’a plus perdu un match de groupes en Ligue des champions. La dernière fois, c’était le 24 octobre 2012. Et c’était… à Dortmund, face au Borussia (2-1).

A voir aussi >> Le clip très drôle de Dortmund contre le nazisme

N.B