RMC Sport

Ibrahimovic avant Chelsea-PSG: "Le club est né le jour où les Qataris l’ont racheté"

Buteur lors du huitième de finale aller de Ligue des champions face à Chelsea (2-1), l’attaquant du PSG Zlatan Ibrahimovic s’est présenté en conférence de presse ce mardi, à la veille du match retour à Stamford Bridge. Déterminé, l’attaquant suédois a confiance en son équipe et en lui. Et s'est fendu d'une nouvelle sortie sur l'histoire du club parisien qui risque de ne pas plaire à tout le monde.

Dans quel état de confiance est l’équipe à 24 heures de ce huitième de finale retour ?

Je pense qu’on est prêts. Le groupe s’est très bien préparé. On est arrivés à Londres aujourd’hui. Ce ne sera pas facile. Mais on est prêt pour le match

Venez-vous avec un sentiment de revanche par rapport à l’an dernier (il avait été exclu rapidement lors du match retour à Stamford Bridge, ndlr) ?

Je n’ai pas vraiment un sentiment de revanche. C’est un autre match. J’espère rester sur le terrain un peu plus longtemps cette fois-ci pour faire ce que je fais le mieux, jouer au foot. Une revanche, pas du tout. Je pense que le match de l’an passé fait partie du passé. On va en jouer un nouveau.

L’année dernière, vous aviez dit que les joueurs de Chelsea s’étaient comportés « comme des bébés », en se plaignant constamment, à chaque contact. Quel est votre regard sur le Chelsea actuel à ce sujet ?

Je n’ai pas vraiment vu des indications de cela durant le match aller. L’an dernier, c’était du jamais-vu. Je n’avais jamais vu un tel comportement de la part de joueurs si matures. J’espère que cette fois ce sera différent. A nous de ne pas faire d’erreurs et d’être prêts demain.

John Terry ne s’est pas entraîné (il a finalement déclaré forfait). Jusqu’à quel point Chelsea change sans lui ?

Je veux qu’il soit là (l’attaquant suédois n’était pas au courant du forfait de l’international anglais). Il m’a manqué un peu au dernier match. Je sais que s’il joue, ce sera vraiment la meilleure équipe de Chelsea. Mais même sans lui, Chelsea est une très bonne équipe. Je veux qu’il soit là. Le match aller n’a pas été facile, même sans lui. Qu’il joue ou pas, il y a des joueurs de qualité dans cette équipe, et le challenge sera le même. Mais si jamais il joue, Chelsea sera une meilleure équipe.

«Si je gagne la C1, je ne changerai pas»

Quand vous étiez plus jeune, la C1 était une obsession. Avez-vous toujours cette même envie, alors que votre carrière est proche de la fin ?

Je pense que je suis toujours en train de m’échauffer. Je ne sais pas si je suis vraiment vers la fin de ma carrière. C’est une question de sentiments. Je me sens toujours jeune, c’est l’essentiel. C’est la meilleure saison de ma carrière en termes de statistiques. Quand j’étais plus jeune, c’était une obsession. Mais je suis devenu plus mature ces dernières années. Je me connais beaucoup mieux même si c’est difficile de me connaître. Si je gagne la C1, je ne changerai pas, comme si je ne la gagne pas. Je resterai toujours le même joueur. J’ai eu la chance de gagner beaucoup de trophées, de jouer aux côtés de grands joueurs. J’aurai la possibilité de gagner ce trophée, mais si je le gagne, je ne changerai pas.

Quel va être l’état d’esprit demain : attaquer pour creuser l’écart ou préserver l’avantage du match aller (2-1) ?

Jusqu’ici, on n’a pas vraiment parlé de ce côté tactique. De ce que l’on doit faire ou comment on doit se comporter. Avec le score de 2-1 à l’aller, ce match sera différent, forcément. Si on arrive à jouer à notre niveau, on a de grandes chances de passer ce tour. C’est au coach de décider de l’approche. A nous de répondre présent et de suivre ses ordres. Il y a peut-être un secret mais je préfère le garder pour moi.

«Les propriétaires du club vont chasser ce trophée, avec moi ou sans moi»

Quel est la différence entre le PSG actuel et celui des saisons précédentes? Pourquoi le PSG tarde-t-il à avancer en Ligue des champions ?

Je pense que le projet a été lancé il y a trois ans et demi. Avec tout le respect que l’on doit au passé, le club est né le jour où les Qataris l’ont racheté. Regardez Chelsea. Ça fait dix ans (Roman Abramovitch a racheté le club en 2003), et il faut voir combien de temps à mis de temps avant de gagner la C1 (en 2012). Ce qui a été fait à Paris est tout à fait exceptionnel. Le club a fait un investissement exceptionnel, ils ont acheté de grands joueurs, ils ont monté une très belle équipe. C’est du jamais-vu. Pour l’avancée en C1, c’est une question d’expérience. Il faut du temps. Il faut laisser du temps au PSG. Ça va arriver, vous allez voir. Les propriétaires du club vont chasser ce trophée, ils ne vont pas s’arrêter. Avec moi ou sans moi. C’est pour ça que je suis venu. Pour faire partie de l’histoire. J’en fais partie désormais. Sur le plan individuel et collectif. Il faut laisser du temps au projet pour qu’il puisse réussir.

Il y a eu beaucoup de rumeurs par rapport à un transfert en Angleterre à la fin de votre contrat. Quel est votre rapport avec ce pays ?

Je pense qu’il n’y avait aucun rapport entre moi et l’Angleterre. Mais après avoir marqué 4 buts contre la sélection anglaise (en match amical en 2012), la relation est devenue parfaite. J’ai encore deux mois devant moi au PSG. A la suite de cette saison, je vais jouer le Championnat d’Europe avec la Suède. Quoi qu’il arrive, je ne vais pas décider de mon avenir aujourd’hui. Je ne parle pas avec des clubs actuellement. Mais je ne suis pas inquiet. Après la saison que je suis en train de réaliser, il y aura beaucoup d’offres. Les gens disent que je suis vieux, mais je fais toujours les différences.