RMC Sport

Ligue des champions: ce sera PSG-Manchester City en demi-finale, Dortmund peut s'en vouloir

Manchester City et Pep Guardiola ont brisé la malédiction, en se qualifiant pour les demi-finales de la Ligue des champions. Grâce à sa victoire 2-1 contre le Borussia Dortmund, mercredi soir, le club anglais affrontera le PSG dans le dernier carré.

Pep Guardiola a brisé le plafond de verre. Pour la première fois depuis sa prise de fonctions en 2016, l'entraîneur catalan a qualifié Manchester City pour les demi-finales de la Ligue des champions. Le club anglais s'est défait mercredi soir du Borussia Dortmund en obtenant un succès 2-1 sur la pelouse allemande, qui confirme la victoire obtenue la semaine passée à domicile.

Manchester City sera par conséquent l'adversaire du Paris Saint-Germain pour une place en finale. La dernière fois que les deux clubs s'étaient affrontés, c'était en quarts de l'édition 2015-2016 de la Ligue des champions. Le PSG, dirigé par Laurent Blanc, s'était incliné.

>> Abonnez-vous aux offres exclusives RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Hey, Jude...

Éliminé trois fois de suite en quarts de finale, notamment par l'Olympique Lyonnais la saison passée à Lisbonne, Manchester City s'est encore retrouvé au bord du précipice. L'équipe mancunienne, comme si elle était à nouveau tétanisée par l'enjeu, est d'abord apparue méconnaissable et endormie. Décomplexé, avec encore le gamin Ansgar Knauff (deux titularisations chez les pros) sur le terrain au coup d'envoi, le Borussia Dortmund en a profité pour prendre le contrôle. Jusqu'à ce qu'un bon travail physique d'Erling Haaland - muet et sevré de bons ballons - permette à Jude Bellingham d'ouvrir le score avec une très belle frappe (15e).

À cet instant, le BVB mène donc 1-0 et se qualifie virtuellement grâce à la règle du plus grand nombre de buts à l'extérieur. Et c'est un milieu anglais de 17 ans et 289 jours qui faisait passer à la trappe l'adversaire. Avec ce but, l'hyperactif Jude Bellingham est devenu le deuxième plus jeune joueur de l'histoire à marquer dans un match à élimination directe, après Bojan Krcic en avril 2008 pour le Barça (17 ans et 217 jours).

Can, encore fautif

Dans l'euphorie, Manuel Akanji a bien failli creuser l'écart. Le but a en réalité eu l'effet de claques au visage en plein sommeil. Le pied sur le ballon, Manchester City a fait reculer le bloc allemand pour accumuler les occasions. Mais en l'absence d'avant-centre, Bernardo Silva ayant encore été aligné comme faux n°9, le manque de finition a permis au BVB de rester en vie tout au long de la seconde période. Ce qui n'a pas empêché Kevin De Bruyne de fracasser la barre transversale.

À force de pousser, le solide leader de la Premier League a poussé à la faute l'inconstant cinquième de Bundesliga. Et plus précisément Emre Can. Déjà fautif à l'aller, durant il avait offert le premier but et failli donner un penalty, le milieu allemand a ruiné tous les efforts de son équipe avec une main évitable dans sa surface. Riyad Mahrez s'est chargé de transformer le penalty (55e). Contrairement à la première période, cela n'a pas provoqué de changement de dynamique. Manchester City a continué et a fini par enfoncer le clou avec une belle frappe lourde de Phil Foden (75e).

Il fallait alors trois buts au Borussia pour créer l'exploit. Mission impossible. Au vu des rumeurs, il s'agissait peut-être du dernier match de Ligue des champions d'Erling Haaland en jaune et noir, alors que l'ancien club de son père Alf-Inge se rendra donc au Parc des Princes le 27 ou le 28 avril pour la première demie.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport