RMC Sport

Ligue des champions: l’OM inexistant et balayé par Manchester City

Surclassé, l'OM n'a pu éviter la défaite au Vélodrome face à Manchester City ce mardi en Ligue des champions (0-3). Ferran Torres, Ilkay Gundogan et Raheem Sterling ont inscrit les trois buts de l'équipe anglaise, qui a su faire sauter le verrou mis en place par André Villas-Boas.

Il y avait bien un monde entre ces deux adversaires. Pour le retour tant attendu de la Ligue des champions au Vélodrome, privé de ses spectateurs à cause du Covid-19, l'OM, impuissant, s'est logiquement incliné 3-0 face à Manchester City. C'est déjà la deuxième défaite en autant de journées dans cette phase de groupes, une semaine après la cruelle déception sur la pelouse de l'Olympiacos (1-0).

"On veut profiter de leurs petits moments d'instabilité, avec des appels dans le dos et de bonnes contre-attaques. Je ne me rappelle pas d'un match où City n'a pas maîtrisé la possession", avait lancé André Villas-Boas sur RMC Sport avant le coup d'envoi. Il fallait comprendre que son équipe - en 5-3-2 avec Michaël Cuisance et Nemanja Radonjic préférés aux décevants Dimitri Payet et Dario Benedetto - allait passer son temps à défendre. Au point parfois d'être regroupé à neuf dans sa propre surface, pour faire le dos rond face aux redoublements de passes et aux dribbles de Raheem Sterling.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

L'ouverture du score offerte par Rongier

Les Phocéens n'ont toutefois pas eu à prendre leur patience pour débloquer la situation. Il a fallu d'un cadeau de Valentin Rongier, auteur d'une passe en retrait ratée dans sa propre surface, pour que Kevin De Bruyne offre l'ouverture du score à Ferran Torres (18e).

Venu finalement assez rapidement, ce premier but a ruiné le plan ultra-prudent de l'OM. Comment aller chercher l'égalisation quand, à la pause, aucun des joueurs n'a un positionnement moyen dans la moitié anglaise? Quand le pressing des attaquants mancuniens n'est pas loin d'aboutir à un deuxième cadeau, avec un contrôle trop long de Leonardo Balerdi profitant à Oleksandr Zinchenko (35e)? Quand Nemanja Radonjic est forcé d'attendre la 42e minute pour déclencher le premier tir marseillais, après avoir dû patienter la fin du premier quart d'heure pour mettre les pieds dans la surface adverse?

L'OM s'est repris, avant de s'effondrer

C'est sans doute ce constat édifiant qui a poussé André Villas-Boas à remonter le bloc en deuxième période. De quoi permettre à son équipe de réaliser un bon retour des vestiaires et de se remettre à croire au 1-1, surtout en voyant Manchester City pêcher dans le rythme. Un changement de dynamique qui s'est traduit par deux situations dangereuses de Florian Thauvin, dont le match s'était jusqu'à présent résumé à des appels de balle infructueux.

Mais après ce temps fort marseillais d'une vingtaine de minutes, le vice-champion d'Angleterre a pu reprendre un contrôle total. Une passe tranchante d'Aymeric Laporte a alors suffi pour semer la zizanie et aboutir au but du break d'Ilkay Gundogan (76e). Puis sur une action rondement menée, Raheem Sterling a enfoncé le clou (81e). L'OM en est désormais à onze revers consécutifs en Ligue des champions. Attention à ce que le record, douze, ne soit pas égalé mardi prochain à Porto. Non seulement pour éviter d'entrer dans les annales de cette triste façon, mais aussi pour ne pas d'ores et déjà hypothéquer les chances de qualification.

JA