RMC Sport

Ligue des champions: l'UEFA rend une première décision après PSG-Etoile Rouge

Les incidents survenus le 3 octobre dernier lors de la rencontre de Ligue des champions entre le PSG et l'Etoile Rouge Belgrade (6-1), dans les tribunes du Parc des Princes puis en dehors, ont été étudiés ce jeudi par la commission de discipline de l’UEFA qui a nommé un inspecteur pour une enquête plus approfondie.

L’UEFA n'a pas encore totalement tranché. La commission de discipline de l’instance européenne a décidé d’infliger 20.000 euros d'amende au PSG pour un coup d'envoi retardé. Surtout, l'instance a décidé de mandater jeudi un inspecteur de sa branche "éthique et discipline" pour "conduire une enquête" après les incidents survenus lors de la rencontre de Ligue des champions entre le club de la capitale et l’Etoile Rouge Belgrade (6-1), le 3 octobre dernier. Au lendemain de la rencontre, l’UEFA avait ouvert une procédure disciplinaire visant notamment les fumigènes allumés dans les tribunes du Parc des Princes par des supporters parisiens et les "chants illicites" proférés par des fans serbes. Les deux clubs étaient également poursuivis pour "troubles dans le public". PSG-Naples, le 24 octobre, se jouera donc sans aucune sanction appliquée aux tribunes du Parc des Princes, le résultat définitif de l'enquête étant encore à attendre.

Paris était en situation de récidive puisque le virage Auteuil avait été fermé contre l’Etoile Rouge en raison de l'utilisation d’engins pyrotechniques lors du précédent match européen au Parc, le 6 mars, contre le Real Madrid (1-2).

Des incidents à l'extérieur du Parc

D’autres incidents avaient éclaté après la rencontre en dehors du Parc des Princes. Entre 300 et 400 individus cagoulés équipés de fumigènes avaient lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, qui avaient répliqué avec des gaz lacrymogènes. La préfecture de police de Paris avait évoqué avant la rencontre la possibilité que des supporters de l'Etoile Rouge "se rassemblent dans divers points de la capitale afin d'en découdre avec les supporters radicaux du PSG". Le match avait donc fait l’objet d’un dispositif renforcé avec 850 policiers et gendarmes déployés.

>> Cliquez ici pour vous abonner aux offres RMC Sport

A titre de comparaison, l’OM avait écopé début septembre d’un match à huis clos total et deux autres à huis clos partiel en raison des divers incidents ayant émaillé sa campagne en Ligue Europa la saison dernière. L’UEFA avait alors retenu contre le club phocéen les charges de "perturbations dans le public", "actes de vandalisme", "usage de fumigènes", "jet d'objets" et "coup d'envoi retardé".

RR