RMC Sport

Ligue des champions: le PSG est-il vraiment le grand favori de cette édition?

Après son mercato galactique marqué par l’arrivée de Lionel Messi, le PSG sera particulièrement attendu cette saison en Ligue des champions. A l’heure de débuter sa campagne, ce mercredi à Bruges (21h sur RMC Sport 1), le club de la capitale fait partie des prétendants au sacre. Au point d’être favori?

Certains ont encore du mal à y croire et c’est vrai qu’il va falloir un peu de temps pour digérer pleinement la nouvelle: Lionel Messi est un joueur du PSG. En recrutant l’ancienne idole du Barça, le club de la capitale a réalisé un coup énorme cet été, point d’orgue d’un mercato de folie avec Sergio Ramos, Gianluigi Donnarumma, Achraf Hakimi, Georgino Wijnaldum et Nuno Mendes. Le tout en conservant Kylian Mbappé, Neymar et ses principaux atouts. De quoi offrir à Mauricio Pochettino un effectif galactique, avec les attentes qui en découlent. Notamment en Ligue des champions.

"Tu ne gagnes pas juste avec ton nom", prévient Marquinhos

Après un recrutement aussi spectaculaire, Paris et son armada offensive ne peuvent pas se cacher à l’heure de débuter leur nouvelle campagne, ce mercredi à Bruges (21h sur RMC Sport 1). D’autant que les partenaires de Marquinhos restent sur une finale et une demi-finale en deux ans. De quoi en faire les favoris de cette édition 2021-2022?

"C’est sûr qu’on fait partie des équipes dans le top européen, a répondu le capitaine brésilien en conférence de presse. Je laisse les gens parler. Je ne vais pas venir ici et dire que le PSG est la meilleure équipe du monde, l’équipe à battre (…) Une fois qu’on est sur le terrain, il n’y a pas de nom, pas de star. Si tu ne fais pas les choses qu'il faut sur le terrain, tu ne vas pas gagner le match juste avec ton nom."

Di Meco en fait le favori, Rothen plus prudent

En attendant, celui du PSG commence à effrayer sérieusement ses adversaires. A commencer par Bruges, qui se préparer à défier "la meilleure équipe du monde", selon son président Bart Verhaeghe. "Ils ont les meilleurs joueurs et un management sportif de grande qualité, explique le dirigeant de 56 ans dans des propos rapportés par L’Équipe. On est tous humains, avec des rêves. Mais Messi ne l’est pas. Avec lui, plus le talent et l’expérience des autres joueurs, il n’y a plus de concurrence."

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour voir Bruges-PSG et les meilleures affiches de la Ligue des champions

Eric Di Meco, notre consultant RMC Sport, abonde: "Ils sont favoris de la Ligue des champions". Rolland Courbis appuie: "La présence de Messi augmente les chances de gagner pour le PSG, ça c’est sûr."

Un constat nuancé par Jérôme Rothen, plus prudent à l’heure des pronostics: "Collectivement, il faudra que le PSG soit très fort s’il veut aller à nouveau loin en Ligue des champions. Après, il y a de grosses individualités qui peuvent des différences sur certains matchs couperets. C’est une chance pour le PSG. Mais dire qu’il va gagner la Ligue des champions juste parce que Messi est là, je n’irai pas jusque-là. Avec leur recrutement galactique, ils seront en tout cas attendus au tournant."

Chelsea, le Bayern et City en principaux rivaux

Dans leur quête de gloire, les Rouge et Bleu pourraient tout de même croiser de sérieux concurrents. Fort de son sacre au printemps dernier, Chelsea a de quoi rêver d’un doublé. Les Blues de Thomas Tuchel, qui ont conservé leur ossature durant l'intersaison, se sont renforcés avec le retour de Romelu Lukaku. Mauricio Pochettino en fait d’ailleurs le favori de la compétition. "C’est Chelsea le champion en titre, et il a investi encore plus que Paris, donc c’est elle l’équipe à battre", estime le coach parisien.

Le PSG retrouvera rapidement un autre prétendant au Graal avec Manchester City, placé dans le même groupe que le sien. L’équipe de Pep Guardiola, qui avait sorti Paris en demie la saison passée, a gardé le même visage. Avec le talentueux Jack Grealish en bonus. Autant dire qu’il faudra être très fort pour éjecter les partenaires de Kevin De Bruyne du tournoi. Après sa démonstration face au Barça, mardi au Camp Nou (0-3), le Bayern Munich a également rappelé son immense force de frappe. Les coéquipiers de Robert Lewandowski, qui gardent en travers de la gorge leur élimination contre le PSG en quarts de finale de la dernière édition, ressemblent à la formation la plus coriace du tableau.

United, le Real et Liverpool en outsiders

Il ne faut pas oublier non plus le Manchester United de Cristiano Ronaldo et Paul Pogba (même s’ils ont démarré par un revers chez les Young Boys de Berne), le Real Madrid de Karim Benzema ou le Liverpool de Sadio Mané et Mohamed Salah. Autant de rivaux largement susceptibles d’empêcher le PSG de rêver encore plus grand.

Dans son édito publié au moment de l’arrivée de Leo Messi, Daniel Riolo émettait d’ailleurs des réserves très claires sur les chances du PSG. "Messi est peut-être le meilleur joueur de tous les temps, mais en Ligue des champions, depuis six ans maintenant, la page est tournée! Ses revers sont aussi importants que les matches qu’il a traversés comme un fantôme, écrivait notre consultant. Avec lui et Neymar, le PSG va gagner la Ligue des champions? On va vraiment tenter de nous faire avaler ça? On va donc faire un duo avec ces deux-là et construire toute une équipe qui va bosser pour eux?"

"Il n'y a pas de 9 aussi solide que Suarez", pointe Riolo

"Je vous invite à aller jeter un coup d’œil à toutes les équipes du Barça qui ont gagné, perdu des matches importants de Ligue des champions, poursuivait Riolo. Et d’ailleurs, la victoire de 2015, c’est Neymar, Suarez et Messi. Neymar n’est plus aussi fort, il n’y a pas de 9 aussi solide que le Suarez d’alors en vadrouille et Messi était au top. Derrière ce trio, il y avait Rakitic, Iniesta et Busquets. Bon courage à Pochettino pour construire un milieu de terrain aussi performant."

Ce sera l’un des grands enjeux de ces prochains mois pour Paris. Beaucoup d’observateurs, à l’image de Nicolas Anelka, nouveau consultant RMC Sport, s’interrogent sur l’équilibre défensif d’une équipe avec un tel trio offensif. Paris favori ou pas, les stars de la capitale n’auront pas d’autre choix que de répondre présent dans cette Ligue des champions. Vite, si possible. Et sans filet désormais.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport