RMC Sport

Ligue des champions: les forces et les (rares) failles du Bayern, adversaire du PSG

Le PSG affrontera le Bayern Munich lors des quarts de finale de Ligue des champions. Tenant du titre, le club bavarois fait office de grand favori dans la compétition et obligera le club francilien à un exploit retentissant.

Après avoir tourné la page de la remontada au tour précédent, le PSG devra à nouveau faire face à son passé lors des quarts de finale de la Ligue des champions. Le club francilien a tiré le gros lot ce vendredi et affrontera le Bayern Munich lors des quarts de finale de C1. Battue par les Bavarois en finale (1-0) de la précédente édition lors du Final 8 à Lisbonne, l’équipe dirigée par Mauricio Pochettino aura l’occasion de prendre sa revanche lors de cette affiche. Mais cela ne sera pas une mince affaire, tant le Bayern fait peur cette saison.

Pourtant, du côté bavarois, on la joue modeste: "Paris est une très bonne équipe, a averti Hasan Salihamidzic. Ils sont actuellement deuxièmes de la Ligue 1, mais ce sera un défi difficile pour nous."

>> Pour suivre le quart de finale Bayern-PSG, abonnez-vous à RMC Sport

Une attaque de folie

Porto aurait constitué le tirage le plus abordable pour le PSG mais le Bayern est le pire adversaire possible sur le papier. En Ligue des champions cette saison, les protégés de Hans-Dieter Flick ont brillé avec sept victoires et un nul en huit rencontres.

Toujours invaincu en C1, le club bavarois possède la meilleure attaque de la compétition avec déjà 24 buts, soit une moyenne de 3 buts en moyenne par match. C’est à peine moins bien en Bundesliga avec 75 buts en 25 matchs soit une moyenne de 2.96. Impressionnant et terrifiant à la fois.

Et forcément avec de telles statistiques, les regards se tournent vers l’attaque où Robert Lewandowski réalise une saison fantastique. Le Polonais de 32 ans se trouve actuellement au sommet de son art avec 35 buts en 39 apparitions toutes compétitions confondues.

A ses côtés, Thomas Muller s’est affirmé comme un soutien exemplaire aussi bien dans la construction que son implication mentale. Quand l’équipe semble avoir un coup de mou, le champion du monde allemand est là pour sonner la révolte et haranguer ses coéquipiers.

Robert Lewandowski et Thomas Muller sous le maillot du Bayern Munich
Robert Lewandowski et Thomas Muller sous le maillot du Bayern Munich © Icon Sport

Si dans l’axe, le duo Muller-Lewandowski se montre diablement efficace, le danger vient aussi souvent des côtés. Avec des flèches comme Kingsley Coman, bourreau des Parisiens en finale, ou encore Serge Gnabry, le Bayern fait très mal sur les ailes et parvient souvent à dynamiter les défenses adverses. Derrière les titulaires, le banc pourrait aussi faire la différence avec des joueurs tels que Leroy Sané ou même l’ancien du PSG Eric-Maxim Choupo-Moting.

Une défense parfois prise en défaut

Favori de la Ligue des champions le Bayern trône aussi au sommet de la Bundesliga après 25 journées. Mais le tenant du titre de la C1 ne semble pas aussi impérial que par le passé. Leader du championnat, Munich ne possède "que" quatre longueurs d’avance sur Leipzig. La faute, probablement à une défense pas toujours impériale.

Un faible écart en tête du classement qui s’explique aussi par les trois défaites concédées cette saison outre-Rhin. Intraitable à domicile avec neuf victoires et trois nuls, le Bayern a parfois laissé des plumes lors de ses déplacements. Trois clubs ont ainsi réussi à faire chuter l’ogre allemand: Hoffenheim, le Borussia Mönchengladbach et l’Eintracht Francfort. Si l’attaque munichoise brille, son secteur défensif déçoit un peu et a déjà encaissé 35 buts en Bundesliga (cinquième défense ex-aequo).

Manuel Neuer a, certes, retrouvé son meilleur niveau dans les cages. Mais la défense centrale du Bayern s’est parfois laissée piéger. Les flèches parisiennes pourrait bien prendre le meilleur sur le duo Alaba-Boateng, parfois en délicatesse face à des joueurs rapides. Habitué à prendre le jeu à son compte, le Bayern pourrait vouloir prendre la possession du ballon lors de ces quarts de finale. En jouant haut sur le terrain, le club bavarois risque de se retrouver en danger et notamment sur les contres. La vitesse des Kylian Mbappé, Neymar et autres Angel Di Maria ou Moise Kean devrait constituer le principal du PSG pour rêver d’un exploit.

"Sur une tactique de contres, je pense que cela va être très compliqué pour le Bayern, prévient toutefois Polo Breitner, spécialiste du foot allemand pour RMC Sport. Surtout quand on sait que son bloc est très très haut."

Paris domine les confrontations directes

Le douloureux souvenir de la finale perdue à Lisbonne pourrait donner des envies de revanche aux Parisiens. Pourtant, le bilan historique entre les deux équipes se veut plutôt favorable au club francilien avec cinq victoires pour quatre défaites.

"C’est compliqué. Tout le monde va dire que le Bayern est favori par rapport à la forme actuelle des deux équipes, a analysé Polo Breitner, spécialiste du foot allemand pour RMC Sport. Le PSG a un bilan historique positif face au Bayern. C’est l’une des bêtes noires du club munichois. C’est beaucoup plus complexe à jouer que ce que l’on va bien vouloir dire."

Paris est-il capable de signer un exploit et d’éliminer le Bayern Munich? Réponse dès le 6 ou 7 avril avec le quart de finale aller en Bavière. La manche retour se jouera au Parc des Princes, le 13 ou 14 avril. Le tout avant une hypothétique demi-finale face au vainqueur du duel entre Manchester City et le Borussia Dortmund.

>> L'intégralité de la Ligue des champions est à suivre sur RMC Sport

JGL