RMC Sport

Ligue des champions: Liverpool se qualifie pour la finale malgré une grosse frayeur contre Villarreal

Liverpool s'est qualifié pour la finale de la Ligue des champions, après sa folle victoire 3-2 décrochée ce mardi soir (sur RMC Sport 1) sur la pelouse de Villarreal en demi-finale retour. À l'aller, les Reds s'étaient imposés 2-0.

Les Reds ont torpillé le rêve espagnol. Liverpool s'est qualifié pour la 10e finale de Ligue des champions de son histoire aux dépens de Villarreal, en s'imposant mardi soir à l'Estadio de la Cerámica. L'équipe espagnole, battue 2-0 dans la demi-finale aller de la semaine passée, menait pourtant de deux buts au terme d'une première période extraordinaire. Mais le club anglais s'est réveillé après la pause pour refaire son retard, arracher la victoire 3-2, s'imposer 5-2 sur l'ensemble des deux rencontres et donner rendez-vous le 28 mai au Stade de France à Manchester City ou au Real Madrid.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions
>> Revivez le live du match

Villarreal devait faire un "match parfait" pour créer l'exploit, selon les dires d'Unai Emery. "Toucher l'excellence", avait même surenchéri l'entraîneur basque, conscient qu'un tout autre football devait être proposé, celui porté essentiellement sur la défense ayant montré toutes ses limites à Anfield. "On sait qu'on n'est qu'à la mi-temps. On doit ignorer le résultat du match aller. Ce sera dur, mais c'est tout à fait normal", avait prévenu Jürgen Klopp en face.

Derrière les deux cages de la pelouse, les supporters espagnols avaient déployé cette banderole: "À 90 minutes de notre rêve". La moitié du chemin était déjà faite au bout de très exactement 171 secondes, lorsque l'international sénégalais Boulaye Dia, l'ancien attaquant du Stade de Reims, s'est transformé en parfait renard des surfaces pour ouvrir le score et marquer le premier but de sa carrière en Ligue des champions.

L'incroyable première période de Capoue

Moins de trois minutes ont été nécessaires pour que Villarreal fasse fructifier son plan de jeu, conjuguant passes tranchantes, débauche maximale d'énergie et dépassement de fonction. Pendant toute la première période, Liverpool était méconnaissable. À qui la faute? Les Reds eux-mêmes, émoussés par la bataille pour le titre en championnat? Jürgen Klopp, pour avoir démarré sans le virevoltant Luis Diaz ni le capitaine Jordan Henderson? Unai Emery, qui disait chercher "plus de failles que ce qu'ont trouvé les équipes qui ont affronté Liverpool jusqu'ici"?

L'ancien entraîneur du Paris Saint-Germain disait aussi que l'homme du match devait absolument être parmi ses rangs pour y croire. Un message bien reçu par Étienne Capoue. Déjà passeur décisif sur l'ouverture du score, le milieu axial français s'est transformé en ailier droit le temps d'une action pour offrir but de l'égalisation sur l'ensemble de la confrontation à Francis Coquelin (41e). À la mi-temps, alors que Liverpool s'était montré incapable de cadrer le moindre tir, Villarreal avait non seulement la possession, mais aussi l'avantage psychologique avec un public qui se plaisait à scander: "Si se puede". Comprenez: "On peut le faire".

Diaz a tout changé, Rulli tout plombé

Mais Jürgen Klopp a fait entrer Luis Diaz au terme de la mi-temps. L'apparition de l'attaquant colombien, formidable pioche du mercato hivernal, a concidé avec le réveil remarquable des Reds. Les premières actions de la seconde période, avec un retourné manqué et un tir sur la barre transversale, ont rapidement fait craindre le pire à Villarreal.

Mais si le vainqueur de l'édition 2019 s'est complètement remis à l'endroit, le sous-marin jaune s'est sabordé. Car sur les buts de Fabinho (62e) et de Luis Diaz (67e) qui ont annulé tout le travail fait par les Espagnols en première période, le gardien argentin Geronimo Rulli a laissé passer le ballon deux fois entre ses jambes. L'ancien rempart de Montpellier s'est même rendu coupable d'une sortie lointaine catastrophique sur le but du KO, signé Sadio Mané. Coulé, Villarreal a subi la fin de match et les énièmes assauts anglais. L'exclusion d'Étienne Capoue à cinq minutes de la fin a d'ailleurs sonné comme une capitulation.

Villarreal, dont le budget est quatre fois inférieur aux revenus de l'adversaire du soir, sort néanmoins la tête haute. Ses supporters en sont bien conscients: ils ont brandi leur écharpe au coup de sifflet final. Un an après l'épopée triomphale en Ligue Europa, leurs héros avaient les larmes aux yeux. En sortant la Juventus et le Bayern Munich, alors même qu'ils ne pointent qu'à la 7e place de leur championnat, ils ont réussi un parcours remarquable et même historique. Une vraie publicité pour le football et contre la Super League.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport