RMC Sport

PSG-Bayern: Paris a-t-il vraiment maîtrisé son sujet?

Le PSG a largement battu le Bayern Munich (3-0), ce mercredi, lors de la deuxième journée de la Ligue des champions. Mais paradoxalement, la copie parisienne peut encore être améliorée.

Signe des temps qui changent et du PSG qui bouscule l'ordre établi, il est désormais possible, le lendemain d'une victoire d'un club français contre un adversaire allemand (même 3-0 contre le Bayern Munich), de faire la fine bouche. Au moins un petit peu. Car si le PSG a largement battu l'équipe de Carlo Ancelotti, ce mercredi, certains aspects du jeu parisien n'ont pas été parfaits. C'est dire si la marge de progression est importante.

A lire aussi >> PSG: Neymar encense Mbappé, qui sera "à la lutte pour le Ballon d'Or"

Heureusement, Areola et la charnière ont brillé

Après l'ouverture du score précoce de Daniel Alves (2e), le PSG a laissé le ballon au Bayern. Sciemment ou pas? En tout cas un peu trop. Car les Bavarois, qui ont eu plus de 60% de possession, ont multiplié les offensives. Au total, ils ont tiré 16 fois au but (6 cadrés), contre 11 fois pour Paris (5 cadrés). Le Bayern a même signé le plus grand total de corners obtenus à l'extérieur en Ligue des champions (18), depuis la Juventus à Nordsjælland en 2012.

A lire aussi >> PSG-Bayern: Mbappé explique pourquoi il n'était pas content de sortir

Sans un grand Alphonse Areola ou une charnière intraitable dans les duels et contre un Bayern plus inspiré, le PSG aurait pu payer cher cette liberté offensive laissée à ses adversaires, notamment dans les couloirs, où Joshua Kimmich était souvent tranquille pour centrer.

Rothen: "Un résultat qui ne doit pas masquer certains manques"

"Il y a un résultat qui ne doit pas masquer certains manques, analyse Jérôme Rothen. Le PSG a eu des manques au milieu de terrain, dans le repli défensif, surtout Neymar et Mbappé sur les côtés qui n'ont pas assez travaillé défensivement. Ils se sont recroquevillés un peu sur leur but, ils ont joué très bas, ce qui ne ressemble pas au PSG. Ils ont été en difficulté sur la possession de balle. Certes quand on marque vite on a tendance à reculer un peu, mais de là à être acculé sur son but pendant quasiment une mi-temps et ne fonctionner qu'en contre-attaques, je reste un peu sur ma faim sur l'équilibre de l'équipe."

A lire aussi >> PSG: Neymar donne (enfin) sa version du "penaltygate"

"On a aussi fait preuve d'adaptation, parce que normalement nous contrôlons le ballon mais l'adversaire a défendu plus haut contre nous, s'est justifié Unai Emery. C'est une équipe qui attaque avec beaucoup de joueurs, qui pousse beaucoup les latéraux offensivement, c'est pour ça que nous avions prévu de la solidité défensive."

Verratti: "Le Real Madrid joue très bien comme ça"

Une tactique prudente, permise grâce à la rapidité du trio Neymar-Cavani-Mbappé et assumée par l'entraîneur parisien mais aussi par ses joueurs, même ceux qui préfèrent généralement avoir le ballon dans les pieds plutôt que de courir pour le récupérer.

A lire aussi >> PSG: comment le vestiaire parisien a vécu la victoire contre le Bayern

"C'est une victoire dans la souffrance, mais ces matches, quand on souffre tous ensemble et quand on défend très bien tous ensemble, c'est bon, lâche Marco Verratti. Je pense que cette manière de jouer, en défendant bien, sans prendre de but, le Real Madrid joue très bien comme ça depuis deux ans et ils sont très forts en contre-attaques. C'est aussi une façon de jouer. On n'a rien fait d’exceptionnel mais on est content du résultat."

Rothen: "Le plan Emery n'a pas forcément bien fonctionné"

"Il ne faut pas non plus tout voir en noir, tempère Rothen. Les joueurs se sont peut-être rendus compte qu'ils allaient être plus performants et dangereux en jouant bas et en contrant, mais je pense que ce n'était pas voulu par l'entraîneur et c'est pour ça que le plan Emery n'a pas forcément bien fonctionné." Imaginez un peu lorsque ce sera le cas.

A lire aussi >> PSG: "On a rêvé cinq ans, maintenant c'est le temps pour le travail", prévient Al-Khelaïfi

Alexandre Alain Rédacteur