RMC Sport

PSG: Leipzig ou l’OM? Kimpembe hésite sur le match le plus important de la semaine

Interrogé par RMC Sport, Presnel Kimpembe se projette sur une semaine bouillante pour le PSG, qui va accueillir Leipzig ce mardi en Ligue des champions (21h sur RMC Sport), avant de se déplacer à Marseille dimanche en Ligue 1.

Certaines semaines sont plus excitantes que d’autres pour le PSG. Et celle qui s’ouvre ne manque pas clairement de piment. Le club de la capitale va d’abord accueillir Leipzig, ce mardi en Ligue des champions (21h sur RMC Sport 1), avant de se déplacer à Marseille, dimanche, pour un choc de Ligue 1 très attendu au Vélodrome (20h45). Deux rendez-vous que les joueurs de Mauricio Pochettino abordent avec envie et ambition. Sans forcément privilégier une rencontre à l’autre.

Interrogé pour savoir si le match de Leipzig était plus important que celui de l’OM à ses yeux, Presnel Kimpembe n’a pas voulu trancher. "Ça je ne sais pas, chaque chose en son temps, a répondu le défenseur de 26 ans à RMC Sport. Mais Leipzig, ça reste le match de Ligue des champions et c’est quand même la compétition qu’on veut avoir. On va prendre match après match. Ce sera d’abord Leipzig et ensuite on verra pour ce week-end."

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour voir PSG-Leipzig et les meilleures affiches de la Ligue des champions

"On est toujours en contact avec Nkunku"

Face à l’actuel 8e de Bundesliga, Paris tentera de conforter sa place de leader dans le groupe A (à égalité de points avec Bruges). Ce sera l’occasion pour Kimpembe de recroiser Christopher Nkunku, son ancien partenaire au Camp des Loges. "Je n’ai que des bons souvenirs avec lui parce que c’est quelqu’un de très simple, témoigne l’international français (25 sélections). Il a la joie de vivre, il vit un peu au jour le jour. Il est toujours souriant. Je suis très content pour lui parce qu’il arrive aujourd’hui à démontrer ses qualités. On commence à le voir."

"J’ai encore l’image de lui d’un garçon un peu timide, qui commençait à s’affirmer et qui avait très peur de l’avion, se rappelle ‘Presko’ en repensant à son pote, de deux ans son cadet. J’ai toujours des vidéos de lui lorsqu’il commençait à y avoir un peu des secousses. Il commençait à sauter, sinon il faisait sa petite prière ou il s’accrochait aux sièges. Il y a toujours des bons souvenirs, j’en ai encore pleins d’autres en dehors du foot, mais on ne va pas tout dévoiler ici (sourire). On est toujours très proches, même si on a un peu plus de recul parce qu’on grandit aussi, mais on est toujours en contact".

Alexandre Jaquin avec Anthony Rech