RMC Sport

PSG-Leipzig: Tuchel-Nagelsmann, si proches et si loin à la fois

Les Allemands Thomas Tuchel (PSG) et Julian Nagelsmann (Leipzig) se connaissent depuis très longtemps. Mais les deux entraîneurs, opposés ce mardi (21h, sur RMC Sport 1) en demi-finale de la Ligue des champions, n'entretiennent pas vraiment de réelle complicité.

Ils sont tous les deux Allemands. Ils ont tous les deux très tôt commencé leur carrière d’entraîneur après avoir subi une blessure au genou. Ils se sont croisés à Augsbourg en 2007-2008. Et ils sont tous les deux en demi-finales de la Ligue des champions à Lisbonne, la première de leur carrière. Le parallèle et la filiation entre Thomas Tuchel (46 ans), le technicien du PSG, et Julian Nagelsmann (33 ans), celui du RB Leipzig, s’arrêtent peut-être là. A trop entendre les médias les rapprocher à l’heure de présenter cette première demi-finale, les deux hommes se sont appliqués, gentiment mais fermement, à démonter le mythe selon lequel leur destin serait lié depuis longtemps.

"Nous n’avons jamais eu une relation très intime"

Si Nagelsmann a effectivement été le joueur puis l’adjoint de Tuchel en 2007-2008 à Augsbourg, il ne se présente en aucun cas comme son disciple. "Tuchel n'a jamais été mon père adoptif, comme certains aiment le raconter", a souvent répété l’entraîneur de Leipzig. Lundi, en conférence de presse, il a tenu le même discours: "Nous n’avons pas d’échanges réguliers. Je sais que les médias voudraient que ce soit le cas, mais cela n’existe pas dans le monde réel du football. Nous n’avons jamais eu une relation très intime, mais nous avons de temps à autre échangé par SMS, ou discuté de joueurs, comme par exemple Christopher Nkunku lors de son transfert."

Quand l'un travaillait pour l'autre à Augsbourg...

Plus tôt dans la journée, Tuchel avait lui aussi été interrogé sur Nagelsmann. "Je ne pouvais pas imaginer que douze ans après l’avoir entraîné à Augsbourg je l’affronterai en demi-finale, a déclaré l’Allemand. On n’avait pas assez de staff et comme il était blessé on lui a demandé de faire du scouting. C'est après, à Munich, qu’il a commencé à devenir entraîneur chez les jeunes." En apprenant qu'une place sur le banc des moins de 17 ans de Munich 1860 allait bientôt se libérer, Tuchel avait aiguillé son adjoint.

L’idée selon laquelle les techniciens se ressembleraient tactiquement est en revanche plus recevable, même si Tuchel parlait lundi de "trois entraîneurs allemands mais trois profils différents". Les deux hommes aiment voir leur équipe appliquer un gros (contre-)pressing sur l’adversaire et mettre de l’intensité dans les duels. Leur football se veut également très vertical, plutôt que basé sur une possession généralisée à l’image d’un Pep Guardiola à Manchester City.

Tuchel n'a jamais perdu face à Nagelsmann

Lorsque les deux hommes ont été opposés sur un banc de touche, Tuchel n’a jamais connu la défaite (deux victoires, un nul). C’était entre 2016 et 2017, quand Tuchel entraînait le Borussia Dortmund et Nagelsmann, Hoffenheim. La quatrième manche aura lieu ce soir, à Lisbonne. Les deux hommes aux racines communes ont changé de club. Et tous les deux savent que cette opposition vaut bien plus cher que les trois précédentes…

ThP