RMC Sport

PSG-Manchester City: Pochettino répond à Wenger sur le mental des Parisiens

Alors que l'atonie du PSG est pointée du doigt depuis la défaite face à Manchester City, en demi-finale aller de Ligue des champions (1-2), Mauricio Pochettino a balayé l’argument d’un écroulement mental de ses joueurs. Explication avancée notamment par Arsène Wenger.

Un PSG qui "s’est effondré sur le plan mental", un "impact psychologique trop important pour Paris" après l’égalisation de Kevin De Bruyne... Après la défaite parisienne mercredi en demi-finale aller de Ligue des champions face à Manchester City (2-1), Arsène Wenger, comme beaucoup d’autres, avait pointé du doigt l’écroulement mental du Paris Saint-Germain. D’une équipe revenue des vestiaires méconnaissable, elle qui avait été si étincelante lors des 45 premières minutes.

Logiquement repris sur cette défaillance coupable de ses joueurs, ce vendredi en conférence de presse, l’entraîneur parisien Mauricio Pochettino a refusé d’apostropher directement l’ancien entraîneur d’Arsenal, aujourd’hui directeur du Développement du football mondial à la FIFA. Mais ne partage pas le même avis que lui.

>> Revivez la conférence de presse de Mauricio Pochettino

"Soit on a le mental, soit on ne l'a pas"

"Je n’ai pas écouté les déclarations de Wenger. J'ai beaucoup de respect pour lui et sa carrière à Arsenal, Monaco ou au Japon. Je ne vais pas commenter car je ne sais pas de quoi il en retourne. Ce que je peux dire, c'est que de mon point de vue, l'équipe a été forte physiquement et mentalement malgré les coups reçus, les deux buts et l'expulsion. On a tenu à dix pendant 15 minutes contre une équipe comme City, qui va gagner la Premier League et qui est une équipe qui se construit depuis six ans avec une philosophie, une structure très claire."

>> Découvrez les offres de RMC Sport pour suivre la Ligue des champions

Alors que le PSG affrontera Lens ce samedi en Ligue 1 (17 heures) sans Kylian Mbappé, touché, Pochettino a profité d’être face aux médias pour défendre à nouveau la mentalité de ses joueurs, soutenant son propos en invoquant leurs belles prestations européennes lors des tours précédents.

"Une équipe sans qualité mentale ne pourrait pas éliminer le Bayern Munich ou Barcelone et ne pourrait pas jouer à ce niveau. Soit on a le mental, soit on ne l'a pas. On ne peut pas l'avoir un match et le perdre le suivant. En seconde période, ce sont surtout des questions footballistiques et nous n'avons peut-être pas su maintenir le volume de jeu nécessaire. On doit être concentré sur le fait d'améliorer l'équipe comme nous le faisons depuis quelques mois."

Romain Daveau Journaliste RMC Sport