RMC Sport

Ligue des champions: le PSG du rêve au cauchemar contre Manchester City, exploit exigé au retour

Pourtant devant au score grâce à une ouverture de score de Marquinhos au bout d'un quart d'heure, le PSG s'est effondré et a fini par s'incliner 2-1 face à Manchester City, mercredi soir lors de la demi-finale aller de Ligue des champions. Exclu après les deux buts anglais, Idrissa Gueye manquera le match retour (à suivre en exculsivité sur RMC Sport 1).

La belle soirée a viré au scénario catastrophe. Après avoir mené 1-0, le Paris Saint-Germain a fini en infériorité numérique et a finalement perdu 2-1 sa demi-finale aller de Ligue des champions contre Manchester City, mercredi soir dans un Parc des Princes superbement décoré par les supporters parisiens. Le club de la capitale a encore le match retour à l'Etihad Stadium, mardi prochain, pour tenter d'aller chercher une deuxième finale consécutive. Mais la tâche s'annonce rude, notamment à cause de ces deux buts à l'extérieur marqués par l'adversaire.

>> Abonnez-vous aux offres exclusives RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Tout a basculé en sept minutes, au moment où Manchester City prenait clairement le contrôle. La soirée a tourné au vinaigre à partir de la 64e minute, avec un excellent centre botté par De Bruyne... qui a fini au fond des filets sans avoir été coupé par quiconque (1-1). D'habitude irréprochable dans les cages, Navas a cette fois pêché par attentisme et s'est fait avoir sur cette action qui est un classique de l'équipe anglaise et du meneur de jeu belge (élu homme du match). Puis sur un coup franc à la 71e minute, Mahrez, enfant de Sarcelles, a fendu le mur parisien pour doubler la mise et donner l'avantage aux Mancuniens (1-2).

La période noire du PSG s'est en réalité prolongée, avec un carton rouge direct adressé peu après à Gueye (77e). L'international sénégalais, qui était revenu à un bon niveau, a été logiquement exclu pour un tacle assassin sur Gündogan. Paris devra donc faire sans lui au retour.

La première période était pourtant bonne

Le Paris Saint-Germain était pourtant très bien entré dans son match. Il sétait vite souvenu de l'importance capitale de Marquinhos. De retour de blessure après avoir manqué le retour face au Bayern, le capitaine brésilien s'est faufilé sur un corner pour ouvrir le score de la tête (15e, 1-0). C'est déjà lui qui avait montré le chemin de la finale en marquant le premier des trois buts contre Leipzig. À la baguette les deux fois: Di Maria, qui a rejoint Safet Susic en tête du classement des meilleurs passeurs décisifs de l'histoire du club (103).

Face à un adversaire dévoreur d'espaces et accro à la possession de balle, Pochettino a pu réutiliser plusieurs ingrédients de sa recette utilisée au tour précédent. Grâce à une bonne discipline défensive, Paris a su dominer la première période. Verratti l'a montré. Lui aussi revenu de l'infirmerie, le milieu itailien a su quitter son poste de meneur de jeu avancé pour se replier sur le côté gauche et aider Bakker, la grande surprise du onze de départ. Dès lors, les Mancuniens ont eu des difficultés pour réciter leur partition de leader du championnat d'Angleterre. Et lorsque le verrou était sur le point de sauter, Marquinhos, Paredes et Navas avaient longtemps pu empêcher l'égalisation.

Neymar et Mbappé ont disparu

Mais après la mi-temps, Paris n'a pas su redémarrer la machine, même si Verratti n'est pas passé loin de faire un break qui aurait peut-être tué le match (56e). Manchester City a fini par réussir à confisquer le ballon, comme l'avait demandé Guardiola avant le match. Devant, Neymar et Mbappé, remuants en première période, ont disparu des radars et fini par enchaîner les mauvais choix sur leurs rares possibilités. Le PSG est alors redevenu ce deuxième de Ligue 1 qui a tant de mal au Parc des Princes, où il n'a pas su s'imposer contre le Bayern Munich, ni le FC Barcelone.

Pour la première fois depuis son arrivée à Manchester en 2016, Guardiola a la possibilité de se hisser en finale. C'est en réalité ce qu'il recherche depuis 2011, date de son deuxième sacre avec le Barça. Mais ses hommes devront d'abord confirmer leur victoire. Or, le PSG a souvent démontré son excellente capacité à réagir dos au mur.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport