RMC Sport

Réforme de la Ligue des champions: le coup de pression de certains clubs à l'UEFA

L’UEFA et l’ECA se disputent la répartition des droits commerciaux et le contrôle financier de la future Ligue des champions, d’où le report ce mardi de l’officialisation d’une réforme de la compétition qui s’annonce comme la plus radicale depuis vingt ans.

Le navire de l'UEFA est chahuté en pleine mer par une mutinerie en son sein. Les plus grands clubs européens, dont Manchester United, ont forcé l’UEFA à ajourner son calendrier, retardant ainsi de plusieurs semaines la décision finale sur la mouture de la future Ligue des champions, exigeant l’intégralité des droits commerciaux.

Selon les informations du Times, l’Association européenne des clubs (ECA) soutient le nouveau format mais a refusé d’approuver le changement tant qu’elle n’aura pas reçu les garanties d’un contrôle accru sur la répartition des droits TV, et le marketing, ainsi que la répartition financière.

Il s’agit très clairement d’un coup de force des clubs qui poussaient il y a peu pour l’instauration d’une Ligue fermée réunissant exclusivement les plus puissants clubs du continent. Mais l’UEFA serait déterminée à ne pas se laisser faire, ni à tolérer une éventuelle prise de pouvoir de l’ECA sur sa compétition reine.

Le nouveau format comme monnaie d'échange

"Le format est accepté par à peu près tout le monde, il s’agit de l’aspect commercial de la chose", indique une source proche du dossier citée par le Times. Le nouveau format devrait donc être approuvé dans son intégralité le mois prochain. Mais ce début de scission pourrait en revanche laisser une trace durable sur la nature des relations entre l’UEFA et certains clubs.

Les membres de l'ECA au sein de la commission des compétitions de clubs de l'UEFA, dont le vice-président exécutif de Manchester United, Ed Woodward, et le directeur général de Manchester City, Ferran Soriano, auraient clairement indiqué lors d'une réunion ce mardi qu'ils seraient prêts à ne pas recommander le nouveau format sans obtenir plus de pouvoir.

Selon le Times, la question centrale porte sur la filiale de l'UEFA, UCC SA, créée en 2017, laquelle est administrée à parts égales par les représentants de l'UEFA et ceux de l'ECA. Elle conseille sur les compétitions de clubs, mais l'organe directeur européen a le dernier mot. L'ECA ferait pression pour avoir le contrôle sur les questions commerciales et financières, et utilise donc le vote sur le nouveau format comme moyen de pression. Le football, c’est toujours plus que du football.

QM