RMC Sport

Super League: la Juventus maintient que ce projet était une bonne idée

En parallèle de la rencontre de Serie A remportée ce mercredi par la Juventus face à Parme, le directeur sportif du club de Turin, Fabio Paratici, a tenu à défendre l'idée d'un projet de Super League, bien que celle-ci ait été lachée depuis par plusieurs membres fondateurs.

Plusieurs clubs dissidents se sont excusés pour leur "erreur" d'avoir voulu lancer un projet d'une Super League européenne. Pas la Juventus. Si le président Andrea Agnelli a acté l'échec du projet ce mercredi avec le retrait des clubs anglais, le patron n'avait aucun regret.

>> La crise de la Super League en direct

Fabio Paratici, directeur sportif de la Juventus, a partagé le même sentiment ce mercredi. "Comme tous les changements, il faut les assimiler. C'était aussi choquant quand la Ligue des champions a été ouverte à tout le monde, quand on a changé de logo. Il a fallu un minimum de temps pour assimiler le changement. Cela aurait été bon pour le football, a assuré Paratici.  Nous restons convaincus que l'idée était bonne. C'était une occasion unique d'aider toute la pyramide du football, toute la structure."

"Je ne peux pas considérer toutes les idées"

Comme le Real Madrid de Florentino Perez, président aussi de la Super League, la Juventus a défendu jusqu'au bout cette nouvelle compétition et continue de croire que l'option était viable. Mais la pression populaire et les différentes menaces des instances ont eu raison de cette Super League.

"Tout le monde a parlé et pour parler d'un sujet il faut être préparé. Je ne parle pas de médecine avec un médecin. Nous respectons les opinions de tout le monde, en particulier celles des fans, qui nous manquent, mais je ne peux pas considérer tous les idées de tout le monde", a concédé Paratici pour DAZN, en parallèle du match de Serie A de la Juventus remporté ce mercredi face à Parme (3-1).

La Juventus va devoir désormais subir les conséquences de ses choix. Andrea Agnelli cristallise depuis l'annonce de ce projet de nombreuses tensions. De son côté, l'UEFA par l'intermédiaire de son président Aleksander Ceferin a déjà indiqué que les clubs dissidents devraient faire un pas vers eux pour un retour dans les compétitions européennes.

GL