RMC Sport

Super League: Pérez veut mener le projet à son terme "le plus rapidement possible"

Dans une interview accordée à AS et publiée ce vendredi, Florentino Pérez regrette que "certains privilégiés" aient manipulé le projet de Super League, auquel douze clubs devaient participer. Mais le président du Real Madrid a réaffirmé son intention de voir cette compétition débuter "le plus rapidement possible".

Florentino Pérez contre-attaque. Dans la nuit de mardi à mercredi, le projet de Super League, dont le dirigeant du Real Madrid était le fer de lance, a prématurément été abandonné avec le retrait de 9 clubs sur les 12 initialement engagés. Critiqué de toutes parts, Pérez a réagi dans une interview accordée à AS et publiée ce vendredi matin.

Le président du Real et de la Super League dénonce dans cette interview "la virulence avec laquelle certaines personnes qui ne veulent pas perdre leurs privilèges ont manipulé le projet". S'il reconnaît que "quelque chose a été mal fait" dans l'annonce de cette nouvelle compétition, Pérez ne semble pas digérer la réponse de l'UEFA.

Pérez s'en prend à Ceferin

"Le président de l'UEFA (Aleksandr Ceferin, ndlr) a eu un comportement inadéquat, surtout venant de la part du dirigeant d'une institution qui défend le football et ses valeurs. Tout ce qui s'est passé est lamentable, avec les insultes et les menaces. Sa violence nous a surpris", déclare le président du Real Madrid, qui regrette une "opération de manipulation comme il n'en a jamais vu auparavant".

Pérez, qui indique dans cette interview avoir voulu "discuter des détails avec l'UEFA" sans que celle-ci ne leur "laisse le temps", critique également la réaction de l'instance et de son président "qui vont à l'encontre de la libre concurrence de l'Union européenne. C'est très sérieux".

Malgré la suspension de la création de la Super League et les très vives réactions à l'encontre de cette nouvelle compétition, Florentino Pérez a réaffirmé à AS son intention de mener cette idée à son terme: "Ce projet ou un autre similaire se fera, et j'espère rapidement. (...) Il faut l'enclencher (la Super League, ndlr) le plus rapidement possible mais il faut d'abord expliquer avec bonne foi aux gens que ce projet a été manipulé par ceux qui n'ont d'autre objectif que de défendre leurs intérêts".

"Nous ne pouvons pas attendre 2024"

En critiquant la nouvelle réforme de la Ligue des champions de l'UEFA, le président du Real a indiqué que la Super League "n'est pas une ligue fermée et ne va pas à l'encontre des championnats nationaux" et a pour objectif "de redistribuer de l'argent à tout le football". "Nous ne pouvons pas attendre 2024" en raison de la crise que traverse le football, alerte Pérez, qui prend d'ailleurs en exemple les Girondins de Bordeaux, lâchés par King Street mercredi.

"Les temps changent, les gens et le monde évoluent, et il faut s'adapter par obligation. Ce n'est pas seulement nécessaire, c'est aussi et surtout souhaitable. Je ne vais pas dire à l'UEFA ce qu'elle doit faire, mais je crois qu'elle doit changer, parce qu'il est nécessaire que les compétitions soient plus intenses et compétitives", assure le dirigeant du Real Madrid à AS. Après trois ans passés à travailler sur le projet, Pérez semble prêt à aller au bout de son idée, afin de voir la Super League être créée dans les prochaines mois ou les prochaines années.

DM